La Sérénissime
Ce forum, de par ses contenus, est réservé à un public majeur, mâture, et averti.Il s'adresse à un public +18 uniquement. N'y entrez que si vous êtes majeur.

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Angelica von Dingen le Jeu 20 Déc - 22:36

Les mots de son mari tournés dans la tête d’Angelica. Ce n’était qu’une preuve de leur amour l’un envers l’autre de faire des choses qu’elle n’aurait même pas pu imaginer. Et elle ne devait pas en avoir honte. L’amour pouvait il vraiment effacer la honte qu’elle avait ressenti. En y réfléchissant bien ce n’était pas les gestes en eux mêmes dont elle avait honte mais bel et bien d’avoir pris du plaisir en le faisant. Sucer le sexe de son mari lui avait faire perdre la tête, elle rougit en repensant a la manière gourmande dont elle avait fait ça avant d’aller sa semence. Bon ça c’était pas super, elle s’arrangerait pour éviter la prochaine fois. Le rouge sur ses joues s’intensifia, elle avait réellement envie de recommencer. Mais en même temps cela balaya ses doutes. Car elle avait sentit dans sa bouche, sous sa langue, chaque sensation qu’elle lui procurait et ça elle ne risquait pas de l’oublier. Hans avait vraiment aimé ce qu’elle avait fait. Preuve d’amour ou pas elle avait trouvé un moyen de rendre son mari totalement fou, de le conquérir comme jamais il ne pourrait l’être et cela la fit sourire. Après tout elle était si bien la avec lui et il la regardait avec encore plus d’amour qu’avant, pas comme si elle n’était qu’une pute ou une femme vulgaire.

Elle frissonna en découvrant ce que le sexe pouvait leur apporter. Encore plus d’amour, de confiance, de passion. Oui elle voulait continuer a découvrir cela avec lui, elle voulait lui donner son corps sans la moindre retenue et possédait le sien aussi. Il l’embrassa et elle capitula, abandonna enfin le fait de pouvoir avoir honte. C’était ça aussi l’amour, c’est en lui qu’elle posait sa force. Quand leur lèvres se séparèrent elle lui sourit et se plongea de nouveau dans ce regard empli d’amour et de passion pour s’y perdre. Ses doigts qui jusque la ne faisait qu’effleurer le sexe de son amour se refermèrent dessus et sans vraiment savoir ce qu’elle faisait, elle commença a le masturber doucement, le sentant rapidement reprendre de la vigueur. C’était étrange de le voir ainsi, de découvrir sur son visage ce plaisir qu’il ressentait et surtout de voir comment les mouvements de son poignet pouvaient faire grossir et durcir sa verge.

Mais cela déclencha chez son mari d’autres envie et elle frissonna alors qu’il caressait son corps, descendant lentement vers son entrecuisse. Elle savait exactement ce qu’il allait faire et elle se surpris a être pressée de sentir ses doigts entrer en elle. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça, elle avait toujours aimé même si elle n’avait jamais osé le montrer. Mais cette fois elle ne se cacha pas, ne serra pas les dents pour étouffer son soupir. Et quand le doigt de son mari glissa en elle, elle avança son bassin a sa rencontre, lui avouant sans un mot qu’elle aimait ça. Mais apparemment il avait une autre idée en tête et quand il guida sa propre main entre ses cuisses elle fut tellement surprise qu’elle se laissa guider sans vraiment comprendre.  Leurs doigts unis en elle, s’était étrange de faire ça mais le plaisir effaçait tout.  Elle se tendit et gémit doucement alors que sa main s’accrochait un peu plus a son sexe à lui. Et quand il la guida vers son clitoris tout en laissant leur doigts unis aller et venir en elle, elle se cambra avec un petit cri, découvrant pour la première fois a quel point son corps pouvait être sensible a n’importe qu’elle caresse.

Et la laissa et malgré le rouge qu’elle sentait encore un peu sur ses joues, elle continua faire aller et venir son doigt entre ses cuisses humide de plaisir. Elle le fixait alors qu’il se tournait vers elle lentement, venant se présenter et elle sourit alors effleurant sa verge juste avant qu’il ne la pénètre. Elle se rendit compte qu’ils avaient jouis tout les deux sans vraiment encore faire l’amour ce soir. Que c’était a la fois bizarre et tellement merveilleux. Il glissait en elle si facilement, comme si leurs corps étaient fait l’un pour l’autre et quand il fut collé a elle, entièrement en elle elle soupira de nouveau.


« Je t’aime Hans, je t’aime tellement »

C’était presque un cri, comme si les mots devaient a tout prix sortir de sa gorge pour être réels. Alors qu’il commençait a aller et venir en elle, elle se mit a caresser son corps contre le sien, comme i elle le découvrait pour la première fois. Profitant de son esprit libéré pour ne plus le laisser juste faire ce qu’il désirait. Mais elle poussa un nouveau petit cri, de surprise cette fois quand il l’entraîna avec lui pour la mettre au dessus. Un cri qui s’intensifia a l’atterrissage en le sentant d’un coup sous elle, en elle, et un long frisson la parcourut entièrement. La surprise passée elle resta un instant interdite, réfléchissant a ce qu’il lui disait. Quoi faire oui elle n’était pas stupide, elle savait comment ça fonctionnait. Mais cela était nouveau pour elle. Elle bougea un peu sur lui, découvrant cette sensation d’être totalement empalée sur son sexe, de peser de tout son poids avec une impression qu’il était plus profond qu’il ne l’avait jamais été. Puis lentement se servant de ses genoux elle monta, et se laissa retombée avec un gémissement, c’était merveilleux, elle adorait ça. Elle prit ses mains et les guida sur ses cuisses pour les faire remonter jusqu’à sa taille.

« Aide moi a te rendre le plaisir que tu me donnes »

Pour l’instant c’est tout ce qu’elle voulait. Et elle se pencha en avant, se collant à lui alors qu’elle reprenait des mouvements de va et vient sur lui. Elle colla tout le haut de son corps contre son mari qui imprimait les rythme de ses mouvements avec ses mains posées sur ses hanches et elle s’abandonna a ce plaisir, enfouissant sa tête dans son cou ses lèvres toute proches de son oreille, lui seul profitant des gémissements d plaisir a chaque fois qu’il revenait en elle, tout au fond. Le plaisir était intense surtout sue ses tétons dressés frottaient contre le torse de Hans lui faisant presque mal a chaque fois. Les vagues de plaisir venaient de partout, de son sexe brûlant et dégoulinant de son plaisir, de ses seins  excités et ces vagues créaient une ras de marée quand elle se rencontraient au creux de ses reins. Mais les derniers mots lui revinrent en mémoire, elle avait le choix, elle pouvait faire ce qu’elle voulait.

Elle se redressa légèrement, profitant au passage pour lui voler un baiser. Puis s’appuyant sur son torse, elle se remit bien droite, continuant a bouger, à s’empaler avec ardeur sur la queue de son amour. Elle prit alors une des mains de son mari et la guida entre ses cuisses, vers son clitoris en lui souriant. Elle ne pouvait pas  nier que quand il la touchait a cet endroit, elle perdait la tête. Puis elle plongea son regard dans le sien, y puisant la force de faire ce qu’elle avait envie de faire. Elle prit alors l’autre main de son mari et la fit glisser de sa hanches sur sa fesse. Lentement, elle l’entraîna plus loin,  dans le sillon de ses fesses jusqu’à ce qu’elle sente un doigt sur son petit trou, juste posé dessus. Le rouge au joues elle lui avoua.


«J’ai aimé quand tu l’as fait tout a l’heure »

Le frisson qui la parcourut contre disait la couleur de son visage. Mais au moins il ne pouvait que comprendre ce dont elle avait envie et que ça lui avait vraiment plus. Elle se cambra alors un peu et sa main fit pression sur celle de son mari pour qu’il glisse son doigt en elle. Un cri vint l’accueillir alors qu’elle fermait les yeux, recommençant a s’empaler sur lui, plus rapidement, avec plus de force. Elle savait qu’elle ne tiendrait pas longtemps ainsi, elle perdait peu a peu pied avec tout ce qui l’entourait, profitant des caresses de son mari. Son corps bougeait sans qu’elle en ai vraiment conscience, oubliant toute retenue, elle se mit a crier a chaque fois, se fichant totalement de ce que pourrait penser tous les serviteurs qui l’entendraient. Elle était seul au monde, seule avec lui, seule sur lui, seule pour lui.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Kt9p
Angelica von Dingen
Angelica von Dingen

Messages : 26
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Hans Von Dingen le Ven 21 Déc - 13:45

Je fixais mon Angy avec attention. Elle était magnifique, avec ses joues empourprées. Le rouge lui allait si bien. La voir ainsi rougir devant le plaisir qu’elle pouvait prendre, il avait l’impression d’avoir à faire à une jeune femme qui découvrait les plaisirs du sexe pour la première fois. Par ce rouge qui coloré ses joues, j’y voyais une sorte d’innocence et de candeur qui avaient pour effet d’accroire encore mon plaisir et mon désir. J’avais envie de voir encore et encore ce rouge sur ses joues, car ma femme ne serait pas ma femme sans cela.

Et visiblement se brusque changement de position déclencha chez Angy un plaisir incroyable. C’était pour elle la première fois qu’elle se retrouvait au dessus de moi et surtout la première fois qu’elle menait la danse. Jamais auparavant elle n’avait osé réclamer la moindre chose, j’avais toujours était celui qui faisait. Cela n’était pas pour me déplaire, mais aujourd’hui cet état de fait n’était plus. Le sexe allait devenir une façon de nous « Je t’aime ! » et nous plus un simple moyen pour nous de nous réchauffer lors des longues et froides nuits bavaroises. Certes j’y avais pris beaucoup de plaisir et j’espérais que c’était le cas aussi pour ma femme, mais ce soir là, ce plaisir était décuplé comme jamais et il m’aurait été alors impossible de lui faire l’amour comme durant les vingt deux années précédente. Nous venions de nous dire des choses qui avaient balayé nos croyances l’un envers l’autre pour laisser place à l’amour, un amour véritable et partagé, qui nous transportait dans des horizons incroyables.

Alors que je voyais Angy commencer à faire des petits va et vient dans cette position nouvelle pour elle, je me souvenus d’un geste qu’elle avait eu quelques instant auparavant. Alors que mes doigts se dirigeaient tranquillement vers son sexe, elle ne s’était pas contracté comme à son habitude, mais au contraire, elle s’était détendu, comme attendant cette caresse. Son sexe était venu à la rencontre de mes doigts et elle avait laissé échapper un long gémissement quand enfin je l’avais caressé et pénétré. Aussi je savais qu’on ne pouvait pas aimé une chose d’un seul coup comme cela. Oui, j’avais la sensation qu’elle avait toujours voulu cacher ses sentiments et son plaisir, mais maintenant qu’on s’était dit les choses, cela changeait, et je pense que c’était l’une des plus belle chose qui aurait pu nous arriver durant nos vingt deux ans ensemble et ce soir, il était clair qu’on allait en profiter.

Elle me prie alors les mains, les posant sur ses hanches. Ca petite phrase ne laisser pas d’équivoque à ce qu’elle voulait que je fasse aussi je remis mes mains de façon à me pouvoir la prendre pour exhausser son désir, celui de l’aider à rendre le plaisir que je lui donnais. Mais savait elle au moins à quel point elle m’en donnait déjà ? Mais je n’avais pas envie de me battre. Elle avait es rennes pour le moment et je me délecté déjà de la voir prendre son plaisir et le mien en main. Je l’aidais donc à monter et descendre sur ma verge dressée. Pour moi cela ne posa aucun problème. Angy ne pesait rien entre mes mains et je me rendis compte qu’il serait alors facile pour moi de la faire voler, d’essayer des choses que jamais nous avions essayé avant. Et surtout, je me rendais compte qu’il y avait beaucoup de choses que je n’avais jamais osé faire ni proposer à Angy. Oh combien nous avions été sage en vingt deux ans … Mais visiblement, se soir, Angy avait envie de changer cela elle aussi.

Elle était allongée sur moi. Ses tétons durs caressés ma peau et c’était pour moi une sensation presque nouvelle, tant jamais elle n’avait montré de l’intérêt avant pour pareil caresse. Mais ce n’était pas cela le plus troublant et excitant, non, c’était le fait qu’elle me faisait profiter de ses gémissements à chaque fois qu’elle s’empalait sur moi. Sa bouche était juste à côté de mon oreille et pour la première fois, elle ne cachait pas les vagues de plaisir qu’elle pouvait recevoir, et cela merveilleusement nouveau pour moi. Aussi, même si je n’avais jamais boudé mon plaisir et même si elle avait toujours pu entendre mes gémissements, je lui rendait la pareil, gémissant moi aussi, à l’unisson avec elle, accompagnant dans ce plaisir que je partageais enfin avec elle. Oui, voilà une chose nouvelle se soir, nous partagions se plaisir et cela était tout bonnement renversant.

Soudain, je sentis Angelica se redresser. Mes yeux cherchèrent immédiatement les siens, pour plonger mon regard dans le sien et m’y noyer. Jamais son regard n’avait été aussi profond pour moi et maintenant que mon regard était dans le sien, je me sentais comme aspirait par celui-ci. J’avais envie de rester comme cela des heures, m’y perdre complètement, tant il y avait de l’amour dans ses yeux. Elle se redressa sur moi, augmentant ainsi la sensation de profondeur. C’était merveilleusement bon et elle se mit alors à rendre seule les mouvement de va et vient. Elle prit alors mes mains, posant la première sur son clitoris.

Je n’eus aucunement besoin d’une quelconque explication pour savoir ce qu’elle voulait que je fasse. Mon pouce glissa alors son clitoris, commençant à le caresser. Je commençais par de petit cercle sur ce dernier. Des cercles lents que j’appuyais petit à petit. Chaque cercle lui lançait une vague de plaisir que je ressentais parfaitement, sentant les muscles de son sexe se contracter à chacune d’elle. Ses mouvements s’arrêtèrent un instant, comme si elle profitait pleinement de chaque vague. Alors quand enfin elle reprit ses va et vient, je changer le rythme de mes caresses. Les cercles se transformèrent en caresse de bas en haut et de gauche à droite et la lenteur fit place a des mouvements plus rapide. Je la fixais, je fixais son corps, cherchant à savoir comment elle réagissait à chacune des caresses, si elle en appréciait certaine plus que d’autres, mais je du me rendre à l’évidence, je n’arrivais pas à le faire et de mon point de vue, c’était l’ensemble qui la faisait gémir, et non un geste en particulier. Alors que je continuais mes caresses, je la vis mettre plus d’ardeur dans ses gestes. Elle accélérait un peu ses va et vient et n’hésitait plus à s’empaler profondément sur ma queue.

Elle me regardait fixement. Elle avait toujours ma deuxième mains dans la sienne. J’avais au départ pensé qu’elle voulait la mettre sur sa poitrine, que je joue avec ses tétons dur et dressé comme jamais je n’avais pu les voir dressé. Mais non, ce n’était pas ce qu’elle voulait que je fasse. Je vis alors le rouge prendre entièrement possession de ses joues, quand enfin elle se décida de poser ma main sur ses fesses. Elle me la fit glisser jusqu’à son sillon. Je sentis alors sous mes doigts son petit trou. Elle s’arrêta alors là, et c’est toujours en me fixant, qu’elle m’avoua avoir aimé quand mon doigt l’avait par erreur pénétré à cet endroit durant la fellation qu’elle m’avait offerte. Je sentis alors un immense frisson de plaisir la parcourir quand je commençai à caresser es bord de son anus et elle se cambra alors, poussant mon doigt avec le sien, faisant en sorte qu’il pénètre ses fesses.

Un cri puissant de plaisir accueillit mon doigt, et si j’avais pu avoir le moindre doute sur le fait qu’elle avait vraiment aimé cela, le doute n’était maintenant plus permis. Elle ne m’aurait pas ses fesses et son petit trou pour me faire plaisir et me donner un peu plus d’elle, elle le faisait parce qu’elle en avait terriblement envie, elle aussi. Mon doigt entreprit alors de la pénétrer, en douceur et avec lenteur. C’était la première fois pour elle et il fallait que je lui rende ce moment agréable. Aussi je ne ménageais pas les efforts et les caresses sur son clitoris. Mon majeur, celui qui était dans ses fesses, remuait de plus en plus en elle, la caressant de l’intérieur.

Son regard se détacha du moins. Ses yeux commençaient à se révulser et son corps était comme mu par des automatismes. Elle se cambrait régulièrement, elle criait son plaisir comme si elle était Eve et lui Adam, seul au monde mais ensemble, l’un avec l’autre, l’un dans l’autre. Son corps tressaillait de plus en plus, chacune de mes caresses, sur son clitoris ou dans son cul, produisait des soubresauts. Je la voyais perdre pied au fur et à mesure … Je la voyais glisser lentement mais sûrement vers l’orgasme. J’en étais encore loin, surtout après celui qu’elle m’avait fait avoir juste avant grâce à sa bouche, aussi, j’allais lui en offrir un. Elle serait peut être déçus qu’il ne soit pas partager, mais je voulais la voir exploser de plaisir, tout simplement.

Il ne me fallut pas longtemps pour la voir être terrassé par un puissant orgasme. Elle convulsa alors, et c’est vif comme l’éclair que je me redressais pour la retenir en partie. Elle avait projeté sa tête en arrière et je sentais tous son corps convulser de plaisir. Je du utiliser ma force pour la plaquer contre moi et quand son cris s’arrêta enfin, je fis en sorte de pouvoir l’embrasser. Comme avant, le rouge s’empara de ses joues, elle était magnifique. Elle était aussi belle qu’au premier jour et la voir ainsi me remplissait de joie. Mais comment lui dire ? Mais en me posant

« Tu es magnifique Angy. Et le rouge va si bien à tes joues. J’aime voir ses candeurs qu’il y a en toi … Je t’aime Angy … Comme un fou … Et comme tu veux partager ton plaisir avec le mien, je vais d’aider et reprendre les choses en mains pour le moment. »

Mon doigt était encore dans son anus et elle était toujours empalée sur moi. Aussi je repris mes caresses, profitant au passage de ma main pour lui faire reprendre des mouvements de va et vient le long de mon sexe, toujours droit en elle. La main qui était avant sur son clitoris la maintenait contre moi, car après l’orgasme qu’elle venait d’avoir, elle ressemblait à une poupée de chiffons. Aussi, c’était à moi de m’occuper d’elle le temps qu’elle reprenne le contrôle d’elle même. Mes mouvement furent lent au départ puis de plus en plus rapide. Je sentais ses seins contre mon torse. Ses tétons était toujours aussi durs. Aussi je profitais de la situation pour la pencher en arrière et pouvoir ainsi jouer avec ses tétons en les léchant et en les suçant, avant de faire en sorte de la plaquer contre moi pour l’embrasser. J’alternais alors entre ses seins et sa bouche, jouant avec son corps comme elle avait joué avec le mien juste avant.

Elle reprit peu à peu conscience dans mes bras. Elle répondait de plus en plus à mes baisers et je savais qu’elle n’allait pas vouloir en rester là. Aussi, je lui offris un langoureux baisé quand ses bras se refermèrent sur mon cou. Oui je l’aimais, nous nous aimions, et nous voulions nous le montrer, encore et encore.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Blason11Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Vondin10
Hans Von Dingen
Hans Von Dingen

Messages : 50
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Angelica von Dingen le Mar 8 Jan - 14:44

Des années qu’Angelica se donnait à son mari sans la moindre résistance. Totalement consentante, prenant du plaisir, mais sans se laisser totalement aller. Et ce soir c’est comme si les mots avaient servis de masse pour détruire un mur énorme. Le flot des sentiments qui s’était déversé l’avait totalement libérée et c’est désormais sans la moindre barrière qu’elle s’offrait à son mari. Se libérant a chaque va et vient de tout ce qui jusque la la bloquait. Elle découvrait pour la première fois le vrai plaisir celui qu’elle pouvait avoir, bien plus puissant qu’avant mais aussi celui d’en donner. Le plaisir totalement partagé qui illuminait son visage, leurs visages alors que son mari la possédait totalement. Son sexe entre ses cuisses, son doigt dans ses fesses.

Non pas totalement. Elle se laissa de nouveau tomber en avant pour l’embrasser, glisser sa langue entre ses lèvres comme lui le faisait si souvent. Un baiser comme jamais elle ne les refusait mais dont elle n’était que rarement à l’origine. Là elle était totalement  à lui. Et dans cette position elle avait coincée entre eux la main qu’il avait sur son clitoris, et chaque aller retour qu’elle continuait a faire sur lui ne faisait qu’accentuait la pression du doigt qui la caressait. Elle perdait la tête comme si a chaque fois qu’elle s’empalait de plus en plus violement sur la queue de son mari, une nouvelle barrière se brisait, une nouvelle vague de plaisir emportait un peu plus loin sa pudeur et ses principes. Preuve de cela la manière dont elle tendait les fesses pour que le doigt s’enfonce un peu plus profondément dans son petit cul totalement vierge.

Elle se releva un peu, laissant ses deux mains a plat sur le torse de son mari, se cambrant au maximum alors qu’elle se contrôlait de moins en moins. Ses mouvements sur le sexe de son mari devenaient de plus en plus désordonnaient, de plus en plus rapide et violent. Elle était totalement cambrée en arrière pour bien le sentir de l’autre coté aussi et elle était incapable de savoir d’où venait le plaisir. Elle n’était plus que ça un corps vibrant, le plaisir a l’état brut et soudain elle perdit totalement conscience de ce qui se passait, criant ou pas, elle eut presque l’impression de complètement s’évanouir tellement ce qu’elle ressentit était puissant, ultime. Elle sentit a peine le corps de son mari contre le sien, ses lèvres qui venaient prendre les siennes. Mais elle n’hésita pas une seconde a répondre a son baiser, enfin du moins a lui montrait qu’elle aussi en avait envie même si elle avait l’impression que son corps ne lui répondait plus.

Elle entendait les paroles de son mari mais avait l’impression qu’il lui fallait un temps fou pour que cela soit compréhensible. Pourtant elle retrouvait peu a peu son corps, sentant même le rouge lui monter de nouveau aux joues en comprenant que Hans avait encore envie d’elle, qu’il ne comptait pas la laisser en paix. Mais elle n’avait pas la moindre envie que cela s’arrête, elle voulait encore et encore sentir ses caresses, son amour et c’est cela qui la fit le plus rougir. D’un coup le barrage entier avait céder et elle prenait conscience qu’elle adorait faire l’amour avec son mari, qu’elle avait envie de ne faire que ça de sa vie. Un bien beau rêve qu e de passer le reste de leur vie nus enlacer dans un lit a se caresser et faire des choses qu’elle trouvait inacceptables le matin et qu’elle avait envie de faire et refaire ce soir.

Sensation étrange que son corps ne trouvait plus le repos, qu’il tremblait encore et toujours a chaque nouvelle caresse. Ses tétons lui faisait presque mal dans l’état ou elle était et la langue et les lèvres de son époux lui arrachaient des petits cris. Mais il ne se contentait pas de ça, il avait repris les mouvements en elle, ceux qu’elle avait arrêté en jouissant. Il était doux mais chaque fois qu’il s’enfonçait en elle, un frisson venait la secouer comme s’il prolongeait le plaisir qui la brûlait totalement, la consumait, et en même temps elle reprenait conscience un peu plus malgré ça. Il accéléra et elle s’accrocha  à lui, répondant a son baiser presque avec sauvagerie. Elle le serrait de toutes ses forces. Restant un long moment ainsi, a juste profiter de lui, le sentir contre elle, en elle.

Mais elle réagit soudain qu’après ce qu’elle lui avait fait un peu plus tôt, il lui fallait plus de temps a lui pour jouir de nouveau. Enfin s’il pouvait, en fait elle n’en savait rien, habituellement il faisait l’amour de manière normale et simple et ensuite ils s’endormaient dans les bras l’un de l’autre. Mais ce soir tout était si différent, qu’elle avait envie de lui donnait a nouveau du plaisir. Elle se décolla un peu de lui pour pouvoir bouger. Elle déplia ses jambes, toujours pliée dans la position ou il l’avait installée sur lui. Elle se retrouva alors assise face a lui et elle écarta au maximum ses cuisses. Elle se sentit de nouveau rougir mais cette fois elles soutint son regard. Un gémissement la poussa a se coller de nouveau a lui, elle avait trouvé une position ou elle le sentait encore mieux, ou elle avait l’impression qu’il entrait encore plus loin dans son sexe trempé et en feu.

Elle réussit quand même a reprendre assez de contrôle pour laisser ses mains errer sur le corps de son mari, caressant son torse avec l’une d’elle, quand les va et vient de plus en plus rapide le lui permettaient, ses seins frottant eux aussi contre lui et le caressant. Elle osa même jouer avec un de ses tétons à lui, se demandant si c’était aussi sensible chez un homme. Son autre main, lui caressait la nuque alors que son visage était enfouit dans le cou de son mari. Elle le couvrait de petits baisers, allant même jusqu’à le caresser de sa langue, remontant jusqu’à son oreille, jouant avec le lobe avant de redescendre et de recommencer. Elle voulait qu’il soit heureux lui aussi, elle voulait le faire jouir comme il l’avait fait pour elle, aussi intensément que tout a l’heure dans sa bouche.

Angy se mit alors a bouger, répondant a ses mouvements, se cambrant pour mieux le prendre. Elle sentait toujours le doigt qui lui fouillait les fesses, de plus en plus rapidement, il glissait tout seul comme s’il avait agrandit le passage et elle se demandant si cela excitait vraiment son mari de lui faire ça. Et elle se dit que oui, il devait aimé autant qu’elle. Une idée lui traversa alors l’esprit et sa main quitta son torse pour rejoindre la sienne. Elle arrêta ses petits jeux dans son cou et elle plongea de nouveau son regard dans le sien, s’il ne voulait pas elle le verrait dans ses yeux elle en était sure. Elle retira la main de son mari, prenant ses doigts dans les siens et elle regroupa deux de ses doigts avant de les positionner devant son petit trou, plus si petit sûrement. S’il en avait envie il pouvait, c’était ce que voulait dire le sourire qu’elle lui adressa avant de venir caresser sa joue le laissant seul prendre la décision. Elle reprit alors ses caresses, ses baisers et ses mouvements sur lui se mordant la lèvre par moment dans l’attente de cette étrange pénétration plus intense, elle voulait tout lui donner ce soir, et demain et tous les jours suivant.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Kt9p
Angelica von Dingen
Angelica von Dingen

Messages : 26
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Hans Von Dingen le Mer 9 Jan - 18:52

Au fur et à mesure de mes actions, je sentais mon Amour revenir à elle. Je sentis d’un seul coup son étreinte contre moi. Ses bras serraient de nouveau mon coup et je n’étais plus le seul qui la maintenait contre moi. Je l’entendais soupirer encore et encore et j’aimais l’entendre ainsi, remplis d’un plaisir débordant. Ma femme était ce soir là en train de me faire démonstration du plaisir qu’elle ressentait pour a première fois et je m’en délectais. Chaque son qui sortait de sa bouche me faisait frisonner un peu plus et j’aurais pu rester là à l’écouter durant des heures et des heures tant j’aimais cela.

Mais visiblement, la jouissance n’avait pas enlevé l’envie de continuer et j’en étais fort heureux. Elle venait de mettre sa pudeur de côté et n’avait apparemment aucune envie d’arrêter. Elle était empaler sur mon sexe et je sentis d’un seul coup ses cuisses s’ouvrir plus qu’elle ne l’était. Mon Angy écartait ses cuisses encore et encore et je sentais son sexe humide et chaud accueillir le mien encore plus profondément alors que j’avais déjà l’impression quelques instant auparavant d’être au maximum en elle.

Angy me montrait de plus en plus de signe de vie et se fut ses mains qui me l’indiquèrent quand elles se mirent à me caresser. Mon torse était devenu leur terrain de jeu et visiblement elle ne se lassait pas de cela. Angy se faisait même de plus en plus aventureuse sur mon corps et se senti alors ses mains jouer avec mes tétons. Pour moi la sensation des mains de ma femme sur cette partie de mon anatomie fut nouvel et déroutante, mais bien loin d’être désagréable, au contraire. Ses caresses m’arrachèrent même quelques gémissements.

C’était pour moi la première fois qu’on jouait de la sorte avec mon corps et il fallait dire que cela me plaisait même. Mais ses caresses n’étaient que les prémices d’envies plus importantes de jouer avec mon corps. Je sentis bientôt de doux baisers prendre possession de mon cou. Puis au fur et à mesure, les baisers devinrent des caresses de la part de sa langue et elles allèrent jusqu’à mon oreille. Tout cette attention de sa part sur mon corps me faisait frisonner et de nombreux soupirs sortirent de ma bouche. C’était la première fois que je ressentais cela et Dieu que s’était bon.

Mais cela ne me permis pas de me préparer à la suite. Cette soirée était pleine de surprises et décidément, Angy voulait rattraper le temps perdu. Si nous n’avions pas eu cette conversation juste avant, je n’aurais pu reconnaître ma femme, mais c’était bien elle que j’avais devant moi, contre moi et en qui j’étais. Elle me prit alors la main, celle dont le doigt pénétrer encore allégrement son petit trou. Elle prit cette main, regroupa deux de mes doigts ensembles et les reposa contre son anus. Elle voulait que je la pénètre de nouveau de la sorte. Elle en voulais plus, qui suis-je alors pour lui refuser. Alors c’est t’en me noyant dans son regard que je fis pression sur sa petite porte de derrière pour la pénétrer.

Je du faire un peu plus pression qu’avant pour faire rentrer les deux doigts, mais ses fesses venaient d’être habitué à un, alors deux furent pour elles une nouvelle épreuve, mais qui fut vite relevée. Après quelques aller retour, mes doigts ne rencontraient déjà plus vraiment de difficultés. Son petit trou c’était élargie et je pouvais maintenant la pénétrer à loisir. Mais depuis qu’elle m’avait montré de lui faire cela, elle n’avait pas cessé de soutenir mon regard. Je ne savais pas ce qu’elle cherchait à y voir, mais en tout cas, j’espérais qu’elle y voyait tout le plaisir que je prenais à jouer avec son corps, à découvrir des plaisirs que je ne connaissais pas ou d’autres que je n’avais même plus songé depuis que j’étais avec elle. Rien ne m’avait manqué, sa seule présence avait été nécessaire à mon bonheur et mon plaisir. Cependant ce soir, j’avais l’impression que rien de ce que nous avions fait avant n’avait de sens car ce soir, nous partagions enfin notre amour et nos corps n’avaient qu’une envie, nous le faire savoir.

Mon excitation était déjà particulièrement importante et je savais qu’elle ne tomberait pas rapidement, mais ce soir, nous abattions murs et portes que nous avions dressé autour de notre sexualité. Faire l’amour était devenu un moment de partage, une façon e nous dire je t’aime et je savais ce soir là que mon excitation pourrait être stimulée encore un peu plus. Mon Angy était empalé sur moi, je caressais son clitoris d’une main tandis que de l’autre je jouais avec son cul et que de son côté, elle embrasait mes sens grâce à sa langue et à sa bouche, mais j’avais l’impression qu’on pouvait aller encore plus loin.

Alors comme mon Angy avait l’air d’apprécier que je joue avec ses fesses, il me vient la question de savoir si il était possible qu’elle apprécie d’être pénétrée par la d’une bien autre manière. Pour cela, il me fallait changer de position. Je retirais donc mes doigts de ses fesses et j’arrêtais aussi de stimuler son clitoris. Je la pris alors à deux mains et je fis en sorte de l’allonger sur le lit. Je me blotti alors contre elle, dans son dos. J’en profitais pour embrasser sa peau. Je fis alors glisser mon sexe entre ses fesses pendant qu’une de mes mains alla jouer avec ses seins tandis que l’autre descendit vers son sexe. Je continuais de faire glisser mon sexe entre ses fesses. Je fis alors glisser ma douche dans le cou de mon Angy remontant jusqu’à son oreille que j’embrassais allégrement. Je la sentais se tendre, comme pour chercher à faire en sorte que je la pénètre de nouveau.

Mon sexe fit alors pression sur son petit trou, ouvrant légèrement le passage. Je sentis mon amour se crisper. Cela était tout nouveau pour elle, mais même après tant de nouveauté, cela n’était i pas de trop pour elle ? Voulait elle seulement que je le pénètre de la sorte ? Je fis alors pression une nouvelle fois sur son petit trou et cette fois il s’écarta un peu plus, accueillant entièrement mon gland. Ma main sur ses seins continuait de jouer avec et l’autre main pris place sur son sexe pour le caresser de nouveau. De mon côté, je sentais mon excitation monter un peu plus devant cette pénétration qui pouvait être nouvelle pour moi. Mais dans tous les cas, je devais savoir si ce plaisir serait partagé, car c'était pour moi une obligation qu'elle prenne elle aussi du plaisir.

« Angy mon Amour, es tu prête pour cela ? »

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Blason11Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Vondin10
Hans Von Dingen
Hans Von Dingen

Messages : 50
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Angelica von Dingen le Ven 11 Jan - 14:56

Le plaisir une chose qui n’avait jamais eu de réelle importance dans la vie d’Angelica jusqu’à aujourd’hui. Pas qu’elle n’en éprouve pas mais ce n’était pas à ses yeux quelque chose vraiment vitale. Elle se contentait du sage bonheur de sa vie sans cherchait à avoir plus que ce qu’elle avait déjà. Un mari qu’elle aimait malgré son caractère pas toujours facile, et des enfants adorables pour qui elle donnerait tout. Mais ce soir, l’amour profond qui l’avait uni a son mari, ou surtout la découverte que cet amour réciproque existait depuis bien longtemps, avait changé sa façon de voir les choses. Elle voulait tout partager avec lui, elle voulait qu’ils ne fassent qu’un que ce soit mentalement ou physiquement. Et elle découvrait ainsi pour la première fois le vrai plaisir physique.

Non seulement les sensations que les caresses des mains de Hans provoquaient sur son corps quand elle ne pensait plus a se contrôler par peur de la honte, mais aussi celles plus intérieures. Son sexe qui coulissait entre ses cuisses, frottant contre ses parois internes du sien et qui mettaient le feu a tout son corps. De même que ses doigts qui étaient désormais deux en elle, qui allaient et venaient avec de plus en plus de facilité dans ses fesses comme si cette partie de son corps n’attendait que ça depuis longtemps. Faire l’amour sans réfléchir ni penser décuplait le feu qui brûlait en elle et auquel elle laissait pour la première fois de sa vie le droit de s’embraser complètement. Elle se laissait totalement aller, ses mains, ses lèvres sa langue parcourant le corps frissonnant de son époux et découvrant aussi la joie intense que cela apportait de faire plaisir à l’autre. Elle jouait cherchant les endroits plus sensibles du corps de son mari, comment le faire gémir un peu plus fort. Une chose qu’elle n’aurait jamais osé s’imaginer faire un jour et qui pourtant a cet instant la comblait de bonheur.

Un soupir de frustration accueillit le retrait des mains de son mari de son corps. Elle lui lança un regard interrogateur, se demandant pourquoi il faisait ça, pourquoi il arrêtait de la touchait alors qu’elle adorait ça. Mais il ne lui répondit pas et la souleva comme une plume, lui retirant son dernière plaisir celui de l’avoir entre ses cuisses. Il la déposa sur le lit et vint se coller dans son dos. Cette chaleur de son corps contre le sien la fit frémir et instinctivement elle se recula pour être encore plus contre lui, fermant les yeux alors que de nouveaux ses mains revenaient prendre possession de son corps. Elle sentait son sexe contre ses fesses, se frotter et les écarter pour se glisser dans sa raie. Angy se cambra légèrement, se tendant vers lui, elle voulait le sentir en elle, le sentir entre ses cuisses encore et encore. Mais apparemment ce n’est pas ce que son amour avait en tête.

La pression la fit se raidir d’un coup et il le sentit, s’arrêtant aussitôt. Si elle avait aimé sentir ses doigts dans cette partie de son corps, il y avait une différence entre ses doigts et son sexe, une différence de taille. Elle eut soudain peur de ce qui allait arriver. Mais les mains qui la caressaient calmèrent rapidement cette peur L’une d’elle se referma malgré tout sur le tissu du coussin et l’autre se posant sur celle de Hans sur ses seins, entrelaçant ses doigts aux siens, ayant besoin de lui pour ne pas s’enfuir devant ce qu’il lui proposait. Étrangement elle ne pensa pas une seconde que quelques heures plus tôt elle aurait simplement dit non par conviction. La seule chose qui l’inquiétait c’était la peur de la douleur. Il força un peu plus et elle fit de son mieux pour se détendre, espérant qu’ainsi la douleur serait moins présente. Mais elle le fut, fulgurante mais elle disparut aussi vite qu’elle était venue sûrement grâce aux caresses sur son clitoris qui diffusaient un plaisir contradictoire avec le reste. Elle se sentait étrange a cet instant, partagée entre plaisir et douleur. Mais son mari ne bougea plus, la laissant s’habituer a sa présence en elle.

Angy bougea légèrement, tendant un peu plus ses fesses vers lui alors qu’elle repliait une de ses jambes pour qu’il puisse accentuer ses caresses entre ses cuisses humides. Peu a peu elle prenait réellement conscience de sa présence dans cette partie de son corps, la douleur disparaissant sous les sollicitations de son clitoris qui la faisait doucement gémir. Elle recula sa tête., la faisant glisser sous celle de son mari, sentant sa joue sur la sienne. Elle ferma les yeux, se détendant complètement et tourna la tête. pour effleurer de ses lèvres le coin des siennes. Il lui demandait son avis alors qu’elle sentait bien que lui avait très envie de la prendre ainsi. Même s’il ne bougeait plus, qu’il ne cherchait pas a s’enfoncer plus profondément, elle sentait son gland frémir entre ses fesses, provocant d’étranges sensations. Alors elle accentua elle même la pression, le faisant un peu avancer en elle. Douleur et plaisir un mélange étrange et puissant qui lui arracha un gémissement un peu plus fort. Sa main lâcha celle de Hans sur ses seins pour rejoindre l’autre plus bas, l’appuyant plus fort et le poussant a la pénétrer de ses doigts.


« Je suis prête à tout pour toi, avec toi... »

Il glissait lentement en elle, avançant avec un lenteur qui lui permettait de sentir son sexe serré aussi bien que si elle le tenait sous ses doigts. Il était si dur et tendu qu’elle sentait chaque veine qui frottait contre sa paroi anale. Il prenait son temps pour la pénétrait d’un coté alors qu’elle l’obligeait  sans même s’en rendre compte a la doigter de plus en plus vite, gémissant de plus en plus fort. Et d’un coup elle sentit son bassin collé contre ses fesses, preuve qu’elle venait de l’accueillir totalement dans son cul et elle frissonna a cette idée, lâchant un petit cri de surprise de ce qu’elle venait d’oser accepter.  Sa main lâcha celle de son mari qui continuait a s’activer entre ses cuisses et vint se poser sur la cuisse de celui ci, le caressant, remontant, essayant de bien prendre conscience de ce qu’ils étaient entrain de faire. Elle se décolla légèrement le sentant se reculer un peu, puis elle recula de nouveau vers lui, un mouvement très léger mais qui lui permettait de le sentir bouger en elle, c’était étrange et excitant et elle soupira de ce nouveau plaisir, le laissant désormais libre de faire ce qu’il voulait, elle lui appartenait totalement, depuis ce soir et pour toujours.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Kt9p
Angelica von Dingen
Angelica von Dingen

Messages : 26
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Hans Von Dingen le Sam 12 Jan - 0:26

Je sentis la contraction d’Angy quand je commençais à la pénétration. Elle se crispa un instant avant de se détendre, détente que j’essayais de lui apporter grâce à mes caresses. Elle se détendit petite à petit et je sentis l’un de ses mains rejoindre celle qui était en train de jouer sur ses seins. Elle entrelaça ses doigts dans les miens et je fis en sorte de la garder contre moi quand la deuxième pénétration eut lieu. Là encore elle se raidit et la encore, je fis en sorte de lui apporter un maximum de détente par mes caresses.

Je ne bougeais depuis déjà quelques instants, j’allais me retirer quand je sentis le léger mouvement des fesses. Elle voulait que je reste là. Je m’appliquais à la caresser et je l’entendais gémir de plus en plus. Angy bougea aussi sa tête, la glissant sous la mienne. Je ne savais pas trop quoi faire, je ne savais pas si je devais rester là, la pénétrer d’avantage ou bien me retirer. Soudain, elle prit une inspiration en fit elle même pression avec ses fesses sur mon sexe, se l’enfonçant elle même. Ses gémissements ne furent pas les mêmes qu’avant et je ne voulais à la forcer. J’étais même près à me retirer de force quand sa main, qui était avant sur celle posée sur ses seins, vient rejoindre celle sur son sexe, prenant cette fois mes doigts pour que je la pénètre. Je m’exécutais alors, répondant à sses sollicitation.

« Je ne veux pas que tu te force pour moi ... »

Elle faisait elle même avancer mon sexe entre ses fesses. Je restais immobile, la lançant gérer elle même la façon dont elle voulait se faire pénétrer. Aussi, si l’un des pénétration était douce et lente, de l’autre côté, je sentais les doigts d’Angy me faire accélérer encore et encore. Et du fait de la finesse de la paroi annale, je ressentais les pénétrations de mes doigts sur mon sexe. La pénétration de mon sexe dans son anus dura un petit moment. Chaque pénétration du sexe de mon Angy par mes doigts lui arrachait un gémissement et enfin je fus au fond d’elle. Mon bassin venait de toucher ses fesses et je restais immobile, continuant seulement mon œuvre avec mes doigts. Je sentais les muscles de ses fesses faire pression sur ma verge. Ses fesses avaient accueilli un, puis deux doigts, mais mon sexe était plus grand et plus gros. Je sentais ses muscle se contracter et se relâcher petit à petit. Cette sensation d’étroitesse avait du bon et je me sentais bien à ce moment là.

Il y eut alors un léger mouvement de sa part. Un mouvement léger, mais qui me fit découvrir de nouvelles sensations. Angy lâcha alors ma main pour venir caresser ma cuisse et je sus alors que c’était le signal pour que je reprenne la main. Mes deux continuèrent leur œuvre dans son sexe tandis que mon pouce jouer avec son clitoris. Puis d’un seul coup, j’entrepris de me retirer doucement. J’étais déjà sortie à moitié quand je repartis vers l’avant, toujours aussi lentement. Une fois de nouveau au fond, je laissa quelque seconde à ma femme pour s’habituer avant de recommencer. Mais cette fois, quand je fis la pénétration, j’arrêtai le mouvement de mes doigts dans son sexe, ne lui laissant que la sensation de la pénétration. Encore une fois je fis une pause, reprenant les caresses sur son sexe.

Je fis alors des va et vient ample et lent, lui laissant parfaitement le temps de s’habituer et surtout de se détendre et d’apprécier le moment. Quand je la sentis prête, les va et vient se firent un peu moins ample et plus rapide. Je sentais son petit cul se laisser de plus en plus faire face à mes pénétration et le rythme s’accéléra encore un peu. Mais dans la position dans laquelle nous étions, je ne pouvais plus faire plus. Je n’arrivais pas à faire de mouvements amples. Cependant, je savais que c’étais me première fois pour Angy, et je ne voulais que son plaisir, alors je pris la décision de ne pas faire plus. Si elle le désirait oui, mais pour une première fois, autant en rester là.

Je me concentrais donc sur ce que je pouvais faire. Je la pénétré de mes doigts et de mon sexe. Mais la main jouant avec ses seins avait des fourmis. Angy avait beau ne pas peser lourd, son corps appuyer sur les nerf de ce dernier et je sentais l’engourdissement. Mais je n’avais aucune envie de lâcher sa poitrine, aussi je me tournais, me mettant alors sur le dos et entraînant Angy avec moi.

Dans cette position, les pénétrations me demandaient plus d’efforts, mais j’en avais rien à faire, Angy méritait cela, elle méritait même bien plus. Puis au fur et à mesure des va et vient, je sentais mon plaisir monter. Il montait encore et encore et je n’espérais qu’une seule chose, que mon Amour prenne autant voir plus de plaisir que moi.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Blason11Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Vondin10
Hans Von Dingen
Hans Von Dingen

Messages : 50
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Angelica von Dingen le Lun 21 Jan - 14:33

Cet étrange mélange entre douleur et plaisir troublait Angelica. Elle sentait son mari aller et venir entre ses fesses, le frottement de son sexe en elle provoquant une brûlure qui au fur et a mesure devenait plus excitante que déplaisante. Preuve en était les gémissements de plus en plus intense que ses lèvres laissaient échapper. Elle qui aurait du dire non parce que cela n’était pas conforme a son éducation, a tous les principes qui lui avaient été inculqués tout au long de sa vie, trouvait cette pénétration de lui en plus appréciable. Elle avait le cul en feu, c’était bien l’expression qui pouvait être employée mais ce feu la faisait soupirer et gémir, elle aimait de plus en plus. Son corps c ‘était mis a bouger sans qu’elle en ait vraiment conscience, ses fesses se tendant pour aller a la rencontre du bassin de son mari. Et quand il accéléra le mouvement, elle se mit a crier a chaque fois que leurs corps en sueur se retrouvaient collés l’un a l’autre. Les doigts de son mari entre ses cuisses devaient aussi y être pour quelque chose mais elle avait de plus en plus de mal a avoir vraiment conscience de ce qu’il lui faisait.

Mais Hans bougea, se mettant sur le dos en l’entraînant avec lui. Elle grogna alors qu’elle se retrouvait allongée sur lui, sentant son sexe glisser lentement hors d’elle. Elle le voulait encore, elle voulait jouir sous les coups de reins de son mari, elle voulait découvrir tous les plaisirs de la sodomie. Échappant a ses caresses, elle replia ses jambes pour se redresser,  le sentant entièrement sortir de son cul en soupirant malgré elle de frustration.  Angy se tourna alors, enjambant son mari pour se retrouver de nouveau face a lui, a quatre pattes au dessus de lui et elle l’embrassa langoureusement avec un étrange sourire. Ses joues d’un rouges écarlates montraient a quel point ce qu’elle avait en tête la gênait mais ce soir elle était réellement prête a tout par amour.


« Je t’aime Hans et je ne me force pas pour toi, je force juste mes principes et mes habitudes »

A peine ses mots prononcés, elle se redressa sur ses genoux et frotta ses fesses contre le sexe dur de son mari, le faisant glisser dans sa raie jusqu’à ce qu’il retrouve l’entrée. Alors lentement elle s’empala sur lui, le faisant revenir, cette fois sans la moindre difficulté au fond de son cul. Un long soupir avait accompagné la pénétration annale mais elle avait fermé les yeux, malgré tout un peu honteuse de ce qu’elle était entrain de faire. Un fois totalement remplie par le membre de son mari, elle déplia ses jambes et se pencha en arrière pour s’appuyer sur ses bras. Elle ouvrit alors les yeux pour le regarder et lut dans son regard un mélange de surprise et d’amour face à sa position totalement impudique, cuisses grandes ouvertes. Mais il n’y avait rien d’autre dans son regard, elle ne se sentait pas jugée pour ce qu’elle s’apprêtait a faire. Alors elle commença a monter et descendre sur le sexe qui frémissait entre ses fesses alors qu’elle accélérait un peu le mouvement.

Les gémissements de son mari qui se mêlaient aux siens, l’incitèrent a accélérer encore ses mouvements. S’appuyant sur ses bras et ses jambes elle montait et descendait sur le sexe de son mari, se laissant même de temps en temps retomber un peu brutalement, criant alors. Mais la douleur avait désormais totalement disparue ne laissant place qu’au plaisir de le sentir en elle dans son cul en feu. Un feu brûlant que chaque mouvement attisait un peu plus tout en apaisant celui qui la dévorait totalement de l’intérieur. Pourtant elle s’arrêta et plongeant son regard brûlant de désir dans celui de son mari, elle resta un instant immobile, en profitant pour tendre une main vers la sienne et la guider entre ses cuisses largement ouvertes. Dans cette position  presque vulgaire, ses lèvres intimes elles aussi étaient largement ouvertes et elle lui fit glisser deux doigts en elle, faisant pression sur sa main pour que les doigts s’enfoncent en appuyant sur la fine paroi qui séparait les deux partie de son corps dont il prenait possession. Son corps trembla de plaisir sous cette sensation nouvelle.

Elle savait a cet instant que si elle se remettait a bouger maintenant elle jouirait instantanément, alors elle resta assise sur lui, se contentant de faire comme des petits cercles avec ses fesses, le sentant bouger ainsi en elle. Elle lâcha la main de son époux, tout a fait capable de se débrouiller seul pour la doigter, il était très doué pour ça elle le savait depuis longtemps même si elle n’avait jamais osé l’avouer. Sa tête tomba en arrière alors qu’elle se cambrait pour mieux s’offrir a celui qu’elle aimait et qui connaissait désormais intimement chaque partie de son corps. Il n’y avait plus rien a cacher, plus rien dont avoir honte. Elle voulait juste le laisser prendre les choses en main, comme il la tenait sous le contrôle de sa main. Elle avait toujours totalement rêver de lui appartenir totalement et c’était bien ce qu’elle faisait a cet instant, offerte a tous les désirs de son mari, les plus secrets et les plus coquins.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Kt9p
Angelica von Dingen
Angelica von Dingen

Messages : 26
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Hans Von Dingen le Jeu 31 Jan - 23:35

Si il y avait bien quelque chose à laquelle je n’avais pas pensé, c’est que dans la nouvelle position qui j’eus choisit, la sodomie prenne fin. J’ai senti que je sortais de son cul mais se fut bien elle qui fit en sorte que je sorte complètement. Un long soupir plein de frustration se fit entendre quand se fut le cas. J’avais très envie de la pénétrer de nouveau, d’être en elle encore et encore, de sentir la pression des muscles de ses fesses sur mon sexe, de sentir cette chaude étreinte sur ma verge.

Angy se mit alors à quatre pattes et elle vient me réclamer un baiser, un long et langoureux baiser, auquel je répondis avec fougue tant . Je vis immédiatement que ses joues avait cette belle couleur rouge, qui signifiait qu’elle était encore gênée par ce qu’elle allait dire ou faire. J’eus rapidement confirmation de ce qu’elle avait en tête, d’une part par ses paroles qui annonçaient un programme merveilleux et de par ses acte, qui donnaient vie à ses paroles.

« Moi aussi je t’aime Angy et du moment que tu te sens bien ça me va ... »

Il ne fallut alors pas longtemps à Angy pour s’emballer de nouveau sur mon sexe encore dressé. Presque instantanément, je reconnus l’orifice que je pénétrais, il s’agissait de son petit trou et un long gémissement accompagna la descente de ma femme sur ma verge. A peine fut elle entièrement empalée qu’elle ouvrit les yeux et me regarda dans les yeux. Je pouvais y avoir un mélange de plaisir et de honte face à la situation. En effet, elle venait d’ouvrir les cuisses en grand, me laissant tout loisir pour regarder son intimité qu’elle offrait. J’ai surpris par mon Angy, par son audace et son courage car durant des années elle s’était cantonnée à des principes qu’aujourd’hui elle faisait voler en éclat et je savais qu’il était très difficile de faire cela. Elle commença alors ses mouvement de va et vient et mes gémissements furent de plus en plus prononcés, se mélangeant parfaitement aux siens.

Je ne sus pas ce qui la fit accélérer, mais cela m’arracha des gémissements bien plus puissant. Mais ce fut les cris que nous poussèrent quand elle décida, alors qu’elle était sur le point de faire complètement sortir mon sexe de ses fesses, de se laisser retomber lourdement, se faisant alors violemment pénétrer. Elle repris ses va et vient ensuite, ne s’épargnant pas et se laissa retomber à d’autres reprises, arrachant la encore des cris. Mais chaque mouvement de ma femme était un supplice tant le plaisir que cela me procurait était intense. Je me sentais venir mais il n’y avait encore rien, comme si il m’était pour l’instant interdit d’exploser complètement.

Elle s’arrêta alors. J’étais entièrement en elle est sur le point de jouir mais son arrêt coupa cours à l’orgasme qui ne me terrassa pas. Angy était en nage après ses acrobaties et jamais je ne l’avais vu aussi éreintée après un acte sexuel. Il était vrai que c’était la première fois qu’elle était actrice de nos ébats, elle qui pour le moment ne s’était contenté que de jouer les spectatrices. J’adorais ce changement de rôle et je prenais très à coeur de lui laisser la main quand elle l’a réclamé, goûtant pour la première fois le fait de rester passif. Mais visiblement, Angy ne voulait pas que je profite sans rien faire. Elle prit ma main qu’elle posa sur son sexe entièrement ouvert. Je ne me fis aucunement prier et à peine mes doigts touchèrent ses lèvres intimes qu’ils la caressèrent et la pénétrèrent sans retenue. Ma femme avait certes guidé en partie ma main, mais cette derrière avait déjà pris possession de sa vulve, appuyant sur la fine parois séparant son vagin de son anus.

Ce petit entracte dans les pénétration fit retomber un peu mon plaisir. Je viendrais certes rapidement, mais pas immédiatement. C’était apparemment la même chose pour Angy qui me laissa alors faire. Elle s’était presque entièrement immobilisée, se contentant de faire de légers cercles avec son bassin. De mon côté, mes doigts continuaient leur action dans on sexe et je fis moi aussi des mouvements avec mon bassin. Cependant mes mouvements étaient volontairement désynchronisés par rapport aux siens, augmentant alors le nombre de position et donc le plaisir. Les yeux d’Angy commençaient tout doucement à se révulser. Je pouvais voir l’orgasme se préparer à exploser en elle, les vagues de plaisir se préparer à déferler dans tout son corps.

Mes je voulais surtout prendre ma femme par surprise. Alors pendant mes mouvement du bassin, je fis en sorte de me soulever légèrement. Ma femme ne pesait pas bien lourd et je vis à son état qu’elle ne se rendit même pas compte de ce que je faisais. J’avais pris appuie sur mes épaules et mes pieds et Angy monta doucement, sans s’en rendre compte. Le comble fut qu’elle ne s’appuyait pas sur moi, mais utilisait le peu de force qu’il lui restait dans ses jambes pour se maintenir. Cela me facilita grandement la chose et quand elle fut assez haute pour moi, je m’immobilisa moi aussi.

Je restais comme ça un instant. Il était maintenant tant d’en finir. Alors d’un seul coup, je fis presque glisser mon sexe hors de ses fesses et mes doigts hors de son sexe. Un gémissement se fit alors entendre, mais sans lui laisser le temps de se remettre de ce mouvement, je donnais une violente impulsion avec mon bassin pour venir la pénétrer d’un seul coup, que se soit ses fesses ou son sexe. Un claquement sourd se fit entendre quand mon bassin rencontra ses fesses et à peine se fut le cas, que je glissais hors d’elle pour un nouvel assaut tout aussi rapide et violent. J’en fis alors un troisième sur le même rythme et terrassé par l’orgasme qu’elle venait d’avoir, elle ne bougea pas d’un millimètre durant mes assauts. Alors si les deux premiers furent uniquement pour elle, le troisième et dernier fut le mien et j’explosais alors en elle, la replissant entièrement. Nous retombèrent alors sur le lit, tous les deux en plein orgasme.

Il me fallut quelques instant pour me remettre de mon éjaculation, mais quand je repris le contrôle de mon corps, se fut pour venir prendre ma femme dans mes bras et l’embrasser amoureusement.

« Je t’aime Angy, je t’aime ! »

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Blason11Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Vondin10
Hans Von Dingen
Hans Von Dingen

Messages : 50
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Angelica von Dingen le Dim 3 Fév - 16:27

Chaque mouvement des doigts de son mari entre ses cuisses, de son sexe brûlant dans ses fesses, provoquaient chez Angelica des frissons. Frissons qui montaient du creux de ses reins tout le long de sa colonne vertébrale et la faisant ainsi frémir accentuer les sensations, un cercle vicieux qui la rendait totalement folle. Elle perdait pied avec la réalité, un peu plus a chaque seconde. Quand il bougea, montant son bassin pour la soulever elle ne se rendit même pas compte de ce qu’il se passait alors que ses mains ne touchaient plus le lit. Ce n’est que quand il se retira d’elle, que la surprise et la frustration lui montrèrent l’espace d’une fraction de seconde qu’il se passait quelque chose mais elle n’eut pas le temps de comprendre qu’il revenait en elle. Enfonçant d’un seul coup ses doigts qui glissèrent sans problèmes et son sexe qui s’enfonça dans ses fesses en lui arrachant un râle. Cette fois son corps l’abandonna totalement, elle se laissa tomber en arrière, juste soutenue par les jambes repliées de son époux, totalement incapable de faire le moindre mouvement alors que lui recommençait, la même chose, avec une force qui la fit cette fois hurler quand il revint presque violemment en elle.

« OHHHHH HANNNNNNNS OUIIIIIIIIII »

Tout son corps se contracta alors que de nouveau il ressortait d’elle pour y revenir a nouveau, forçant un peu plus a cause de son état ce qui ne fit que prolongea la jouissance qui la submergée complètement. Même si elle n’était pas capable de s’en rendre compte, son corps lui ressentait au centuple chaque sensation. Secoué de spasmes de plaisir son corps retomba sur celui de son mari alors qu’il partageait son plaisir en se vidant en elle, remplissant son cul brûlant de semence chaude qui ne calma rien du tout. Ses doigts s’agitaient entre ses cuisses, un, deux, trois, plus, quelle importance elle aimait. Mais alors que les frissons se calmaient et que son corps se décontractait doucement, elle serra les cuisses autant qu’elle pouvait, glissant a coté de lui qu’elle entendit vaguement soupirer après avoir gémit, ou c’était elle, elle ne savait pas vraiment.

Une brume étrange s’était insinuée dans l’esprit d’Angy. Elle sentait les choses sans vraiment s’en rendre compte. Cette sensation de vide de ne plus avoir le sexe de son mari en elle, il était sorti alors qu’elle avait glissé près de lui. Mais elle sentait toujours ses doigts emprisonnés parce qu’elle avait serré les cuisses et de petits frissons l’agitaient encore. Combien de temps restèrent ils ainsi, elle ne savait, et se sentait trop bien pour chercher a savoir. Pourtant elle le sentit bouger, il voulait récupérer sa main et son corps trop faible le laissa faire, avec regret car parmi les nombreuses choses qu’elle avait découvert ce soir, il y avait ce simple plaisir de se sentir remplie par lui, quelle que soit la manière dont il le faisait. Une fois qu’il fut libre il l’attira contre lui. Elle se contenta de soupirer doucement.

Angelica n’avait plus la moindre force mais cela avait peu d’importance, elle était dans les bras de son mari, dans leur lit et surtout elle était comblée comme elle ne l’avait jamais été auparavant. Elle se blottit un peu plus contre lui, posa sa tête sur son épaule et d’une main elle chercha le drap. Quand enfin elle le trouva, elle le tira pour couvrir leurs corps et avec un nouveau soupir elle vient un peu plus contre lui. Les mots de son mari eurent du mal a entrer dans son esprit et elle voulut lui répondre mais même ça s’était difficile vu l’état dans lequel elle se trouvait. Elle se contenta de relever la tête effleurant son menton d’un baiser, remontant sur sa joue puis dans un dernier effort elle trouva ses lèvres. Elle l’embrassa avec une passion dont elle n’avait jamais fait preuve, un baiser langoureux à la fois tendre et sauvage. Elle sentait leurs langues s’enrouler , se séparer pour mieux se retrouver, encore et encore et quand enfin elles se séparèrent elle resta un instant les lèvres collées aux siennes avant de glisser de nouveau dans un soupir pour se poser sur son torse musclé.

Elle posa un de ses bras sur le torse musclé de cet homme qu’elle aimait plus que tout depuis des années sans en être vraiment consciente jusqu’à ce soir, l’un de ses jambes se posa sur la sienne et elle poussa un nouveau soupir alors que son esprit la quittait doucement. Le sommeil, après tant d’effort physiques auxquels elle n’était pas habituée, la submergeait en douceur. Elle savait que quand elle se réveillerait les choses ne seraient plus jamais pareilles, qu’elle ne pourrait plus cacher  a son mari, le désir qu’elle avait de lui, ce désir violent qui l’avait prise au piège ce soir avec l’amour et qui lui avait fait oublier des années de préjugés. Demain elle recommencerait a se donner a lui sans retenue, prête a découvrir tout ce qu’il voudrait bien encore lui apprendre. Mais demain était un autre jour et les rêves remplaçaient la réalité. Ou se mélangeaient avec car la aussi dans ses songes son mari venait prendre possession d’elle, encore et encore, lui offrant un plaisir intense.

Combien de temps restèrent ils ainsi endormis, profitant de la nuit et d’un repos bien mérité. Elle n‘en savait rien mais elle eut soudain la sensation que son cher Hans bougeait près d’elle. Pour le retenir, elle resserra ses doigts sur son corps. Dans la nuit sûrement aidée par ses rêves érotiques, sa main était descendue de son torse a son sexe et c’est dessus qu’elle se referma. Sans vraiment avoir conscience de ce qu’elle faisait, elle la fit bouger, sentant sous ses doigts le membre durcir presque instantanément. Mais entre le rêve et la réalité, elle n’était pas sure d’où elle se trouvait et quand elle le sentit malgré tout s’éloigner d’elle, elle ne résista pas, poussant juste un long soupir avant de se tourner de l’autre coté et de se rendormir aussitôt. Elle avait fait rouler le drap de sur son corps, et elle l’attrapa pour le serrer tendrement contre elle, reposant sa jambe dessus comme s’il s’agissait de son amour. Sans la moindre conscience que sa position dévoilait la nudité qu’elle avait toujours cherché a cacher.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Kt9p
Angelica von Dingen
Angelica von Dingen

Messages : 26
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Hans Von Dingen le Dim 3 Fév - 19:00

J’ai tranquillement allongé sur le dos, avec mon Angy dans mes bras. Et être ainsi posé, juste après avoir jouit en elle, me fit commencer à sombrer dans un sommeil profond. Je sentis Angy essayer de venir chercher un dernier baiser et e fis en sorte de lui rendre les choses plus facile. Le baiser fut à la fois chaleureux et sauvage. Le baiser dura encore un bon moment et quand il se termina, je sentis ma femme qui était lové dans mes bras être happée par le même sommeil qui m’entraînait vers le fond. Un dernier geste de ma femme fut celui de trouver le bras pour se couvrir, mais elle avait été vidé de tout ses forces durant notre rodéo, aussi elle n’arrivait plus à refermer sa main dessus. Je lui viens alors en aide, à demi conscient et quand le drap fut en place, le sommeil eut raison de moi.

Ma nuit ne fut très reposante. Je dormais avec ma femme contre moi et l’épuisement d’une semaine de chasse et de nos galipettes fit que ma nuit se fit d’une traite. Aucune mauvaise pensé, aucun mauvais rêves ne vinrent me troubler à l’exception de rêves érotiques qui m’aurait paru irréel quelques jours auparavant alors qu’aujourd’hui je savais que tout cela était non seulement possible, mais aussi qu’il ne me faudrait même pas insister pour qu’Angy veuille essayer. J’étais même certain qu’elle accueillerait certaine de ses idées avec joies voir même qu’elle en ait elle même l’idée et qu’elle m’en proposerait peut être par la suite.

Malgré la fatigue et les efforts, je fus réveillé avant les coqs. Cela était une chose que je faisais depuis mon plus jeune âge et encore ce matin, ce fut le cas. Mais plutôt que de me lever d’un bon, je restais là un cours instant, profitant de la présence de ma femme à mes côtés. Mais bizarrement, la main qui la veille au soir était posée sur mon torse avait glissée et avait décidé de venir jouer avec mon sexe, ce qui pouvait expliquer qu’une partie de mes rêves érotiques avait pu me paraître si réel. En plus en ce moment, c’était ma femme qui devait faire un rêve érotique car son poignet aller et venait sur mon sexe, qui était parfaitement dressé d’une par l’érection matinal et d’une autre part par les douces caresses de ma femme. Alors je restais encore un peu dans le lit, histoire d’en profiter au maximum.

Mais j’avais des choses à faire avant le réveille de ma femme et pour cela, il ne fallait pas que je reste au lit. Je me levais alors et je sentis mon Angy essayer de me retenir. Elle n’avait cependant qu’une main sur moi ce qui me refit durcir presque instantanément. Une fois dégagé, j’enfilais un léger pantalon en toile avant de sentir de la chambre et de me rendre discrètement vers la salle d’arme. Cela faisait parti de mes rituels matinaux et il n’y avait pas eu un matin durant les quarante dernières années où je les avais loupé. Une fois dans la pièce, je fis quelques étirement et une fois que mon corps fut parfaitement réveillé, je fis de nombreux exercices avec différentes armes.

Cela dura une bonne heure et je commençais à entendre les serviteurs se lever au fur et à mesure. Quand j’eus fini mes exercices, j’étais déjà en sueur. Je me dirigeais alors vers un tonneau d’eau et je fis en sorte de me rincer à l’aide de la serviette qui était présente. Une fois parfaitement propre, je pris la direction des cuisines. Les serviteurs étaient déjà en train de préparer le petit déjeuner et ils ne furent aucunement surpris de me voir, car je faisais toujours cela. Cependant, ils le furent quand au lieux de me servir comme à mon habitude, je pris un plateau sur lequel je commençais à mettre de quoi prendre le petit déjeuner et visiblement pas seul.

« Vous devez avoir quelques choses d’important à vous faire pardonner pour que vous vouliez la surprendre de la sorte. Cependant, si monsieur avait pris un peu plus soin de madame durant leur vingt deux années de mariages, il aurait su ce que mange madame au petit déjeuner.

Et je suppose que vous n’allez pas m’aider à me dire si j’ai faux ou non ?

Exactement, si vous avez quelques choses à vous faire pardonner, faite le seul, moi je sers madame, pas monsieur. »

Visiblement, cette Zenalia ne m’appréciait toujours pas. Sa mère et sa grand-mère avait été à mon service ou celui de ma famille et peut être même depuis encore plus longtemps, mais de mes souvenirs, aucune n’avait jamais apprécié les maîtres de maison, à croire que cela était une constante et c’était même à ce demander pourquoi elle restait encore là. La réponse était certainement en rapport avec Angélica et je me demandais si la fille de cette femme allait servir mon fils et si elle allait être aussi aimable avec lui que sa mère l’était avec moi. La servante parti et un fois qu’elle disparut de ma vue, je repris mon action de remplir mon plateau. Je pris un peu de tout, dans le doute, il y aurait bien de quoi satisfaire mon Angy. Moi, je me contenterais de prendre ce qu’elle ne voudrais pas.

Une fois le plateau plein, je pris la direction de notre chambre. Je fis attention de ne rien renverser et j’entrais en silence. Je vis alors ma femme, parfaitement nue sur le lit et entièrement découverte. La surprise fut grande pour moi car jamais ma femme ne s’était découverte de la sorte et les premiers rayons de cette journée éclairaient parfaitement le corps de ma femme, mettant encore un peu plus en valeur ses formes et son sexe. Je dus me retenir de ne pas lui sauter dessus immédiatement. Cependant j’eus subitement chaud et je me sentis fortement à l’étroit dans mon pantalon. Je pris alors grand soin de déposer le lourd plateau sur la petite table qui se trouvait une pied du lit avant de me concentrer de nouveau sur ma femme et son corps magnifique.

Je me déshabillais alors, avant de moi aussi me glisser dans me lit. Je partis de la base de celui là, prenant grand soin d’embrasser et de caresser la jambe de ma femme avant de monter. Mes doigts se faisaient souvent plus baladeur que ma bouche et ils passèrent sur son sexe puis ses seins. Ma bouche elle vient déposer un baiser sur le coin des lèvres de mon Angy et je me mis alors en position au dessus d’elle, pour l’admirer dormir et profiter de l’instant où elle se réveillerait et me verrait alors comme première personne dans sa journée. Ce qui assurément serait une première pour elle, vu que jamais au cours de notre mariage, je n’étais revenus une fois levé.

Je restais là, penché au dessus d’elle, à caresser son corps nu. Je sentis son corps être parcourue de léger frisson sous mes caresses et pas seulement quand mes doigts passaient sur ses seins ou son sexe. Je la regardais dormir, les yeux pleins d’amour pour cette sublime femme. Oui j’aimais mon Angy et en cette instant, j’ai bien le plus heureux des hommes.

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Blason11Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Vondin10
Hans Von Dingen
Hans Von Dingen

Messages : 50
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Angelica von Dingen le Mar 5 Fév - 16:51

Angelica tourna dans le lit. La nuit avait été courte et épuisante. Elle n’allait pas s’en plaindre s’était sûrement la plus belle nuit de sa vie. Elle avait enfin réussi a parler avec son mari, elle savait désormais qu’ils s’aimaient d’un amour réciproque et que rien ne pourrait jamais les séparer. Elle s’était a moitié rendormie après l’avoir senti se lever. Comme chaque matin même s’il ne l’avait jamais su, elle sentait quand il quittait leur lit. Lui indiquant que le soleil se levait a peine et qu’elle pouvait encore en profiter un peu. De toutes façons elle n’avait rien de prévu aujourd’hui, et si jamais elle tardait trop, Alya viendrait avec un plateau pour que sa maîtresse se lève. Ou pour savoir si tout allait bien, comme souvent quand elle assistait ou entendait leur dispute. Mais ce matin tout allait très bien si ce n’est ses muscles endoloris par les acrobaties de la veille. Elle tourna de nouveau sur le lit, s’étirant et sûrement rougissant en repensant a tout ce qu’il s’était passé.

Elle entendit le bruit de la porte mais garda les yeux fermés. Elle n’avait pas la moindre envie de se lever et elle trouvait qu’il était encore beaucoup trop tôt pour se lever. D’ailleurs elle regrettait déjà d’avoir laissé filer son mari, elle aurait aimé rester blottie dans ses bras pendant des heures et des heures. Mais ce n’était pas le pas de sa fidèle servante qu’elle entendit. Elle écouta silencieusement et n’eut aucun mal a identifier son mari. Elle était prête a bondir du lit inquiète car il ne revenait jamais auprès d’elle. Quand il restait au domaine, ils ne se voyait que pour les repas et encore même pas toujours. Mais elle entrouvrit un œil pour le voir poser un plateau et se déshabiller. Il revenait pour elle près d’elle, et alors que son cœur s’emballait, elle décida de ne pas bouger, de faire semblant de dormir encore.

Angy le sentit monter sur le lit et elle dut se retenir de ne pas frissonner rien qu’a l’idée de se retrouver nue devant ses yeux. Mais elle se souvint alors qu’elle l’était déjà, le lit étant tellement démonté que le drap devait se trouvait elle ne savait ou. De toutes façons il connaissait son corps depuis bien longtemps et cette nuit il avait pu voir dans les moindre détails tout ce qu’elle avait toujours été réticente a lui montrer. Elle sentit ses mains, ses lèvres se promener sur elle et cette fois  ne réussit pas a contenir les frissons qui envahissaient son corps. Quand ses doigts effleurèrent son sexe, sans pourtant s’y attarder, elle écarta légèrement les cuisses, invitation silencieuse. Mais il n’en profita pas, laissant ses mains remonter alors qu’elle sentit au mouvement qu’il était juste au dessus d’elle. Les nombreuses idées qui lui traversèrent l’esprit a ce moment la la firent rougir a un tel point qu’elle ouvrit les yeux car il devait avoir deviné qu’elle ne dormait pas.

Elle lui sourit en se noyant dans son regard. C’était si merveilleux d’ouvrir ainsi les yeux pour voir le visage radieux de son époux, pour lire tout son amour dans ses yeux. Il s’était remis totalement nu et il était là au dessus d’elle. Elle se tendit, se cambrant légèrement, son corps effleurant celui de son mari et la lueur de désir qu’elle lu a ce moment là dans ses yeux la fit de nouveau frémir. Elle noua alors ses bras autour de son cou et elle l’attira contre elle, un éclair de désir la traversant a son tour en sentant le corps chaud de son mari contre le sien. L’une de ses main caressa son dos alors que l’autre remonta dans ses cheveux.


« Tu attends quoi pour m’embrasser mon amour ? »

Et sans lui laisser le temps de répondre, elle l’embrassa, avec tendresse et tout l’amour qu’elle avait pour lui, le serrant plus fort contre elle, l’empêchant ainsi d’avoir le moindre appuie sur le lit. Il était sur elle, pesant de tout son poids et elle aimait le sentir ainsi, se sentir ainsi. Si fragile sous son corps qui savait l’emmener vers d’autres horizon. Sans cesser de l’embrasse, elle bougea légèrement son bassin de manière a entrelacer leurs jambes. Elle ne voulait surtout pas qu’il se retrouve entre les siennes et qu’il pense qu’elle voulait qu’il la prenne ainsi de suite. Elle y pensait pourtant, elle sentait monter en elle cette fièvre qu’il avait su attiser la veille et enflammer au plus au point. Cette partie d’elle qu’elle n’avait jamais voulu écouter et que l’amour avait libéré. Le baiser pris enfin fin et elle le poussa doucement pour se libérer de son emprise. S’il ne bougeait pas rapidement elle ne pourrait pas résister a la tentation et ferait tout pour qu’il lui fasse l’amour immédiatement.

Une fois libre de son poids, elle roula sur le coté et s’assit au bord du lit, cherchant du regard son déshabillé en soie afin de se couvrir. Mais elle abandonna cette idée presque aussi vite qu’elle y avait pensé. Pour quoi se cacher devant lui. Oui jusqu’ici elle l’avait toujours fait mais après tout elle n’avait plus rien du tout a lui cacher. Elle se leva donc, dans le plus simple appareil et se dirigea vers la grande fenêtre. Attrapant le lourd rideau, elle le tira, laissant pleinement entrer la lumière du soleil dans la pièce qui jusque là était encore dans la pénombre. Elle jeta un œil a l’extérieur, la neige était tombée pendant la nuit ce qui lui donna encore plus  envie de rester dans la chambre toute la journée. Elle se dirigea enfin vers le plateau qu’il avait apporté, sentant son regard sur son corps. Elle attrapa la théière et leur servit deux grandes tasse pendant que son mari admirait ses courbes. Elle savait qu’elle devait avoir les joues rouges mais peu importe. Elle revint alors vers lui qui n’avait pas bougé et lui tendit une des tasses avant de s’asseoir sur le bord de leur lit avec un sourire.


« Si je te laisse faire ce a quoi tu penses, ma tisane sera froide. »

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Kt9p
Angelica von Dingen
Angelica von Dingen

Messages : 26
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Hans Von Dingen le Lun 11 Fév - 23:01

Je continuais les douces caresses que j’avais entreprises sur le corps de ma femme. Au départ les réactions furent celle d’une personne endormie, mais bien vite je vis les joues de ma femme prendre une belle teinte pourpre, preuve qu’elle ne dormais pas. J’attendis cependant, profitant un instant de cette vision exceptionnelle, celle de ma femme nue devant et qui avait honte de l’être ou de prendre plaisir sous des caresses qui étaient nouvelles pour elle. Je n’avais pas envie de la presser ni de faire quoi que ce soit alors j’attendis patiemment qu’elle ouvre les yeux, continuant mes caresses.

Quand elle ouvrit les yeux et qu’elle me vit, le sourire en coin qu’elle avait se transforma en radieux et quand nos regards se croisèrent enfin, car pour moi cela faisait une éternité que je n’avais pas pu voir ses yeux pleins d’amour, je sentis couler sur ma joue une larme de joie. Je la sentis frémir sous mes doigts, mais je su pas si c’était de froid ou de plaisir. Elle noua alors ses bras autour de mon cou et fit en sorte que je la rejoigne. Elle me demanda pourquoi je ne l’avais pas encore embrassé quand elle m’embrassa sans me laisser le temps de lui répondre.

Le baiser fut d’une tendresse absolue. Jamais de mémoire ma femme avait été aussi tendre avec moi et encore une fois, je dus remercier l’amour que nous échangions pour cela. Cependant, elle fit en sorte que je ne puisse prendre appuie sur le lit, l’écrasant de tout mon poids bien malgré moi. Ses jambes s’entrelacèrent avec les miennes, m’empêchant tout action. Mais le contact avec le corps nu de ma femme et l’amour que j’éprouvais pour ma femme se firent rapidement sentir. Le baiser dura encore un bon moment et quand il prit fin je ne fus absolument pas satisfait, tant j’aurais voulu qu’il dure encore et encore.

« Je ne voulais tout simplement voir comment ma femme se réveillait, si il y a bien une chose que je regrette de ses vingt deux ans, c’est bien de revenir dans cette chambre pour te voir te réveiller. »


Angelica me fit alors rouler sur le côté et elle se leva. Je restais sur le lit, l’admirant alors marcher, complètement nue. Elle s’éloigna du lit avec une grâce qui faisait danser ses fesses à la perfection, me rappelant sans ménagement la nuit de la veille, accentuant encore un peu plus le désir que je pouvais éprouver pour elle. Elle m’envoûta de cette marche et je constata qu’elle était à la fenêtre quand la pénombre de la pièce disparue pour faire rentrer une lumière étonnement blanche. Je constatai alors que les premières neiges de l’hiver venait de faire leur apparition et l’on pouvait voir dehors un magnifique manteau blanc se constituer.

De mon côté, j’adorai la neige, pour plusieurs raisons. La première était le fait que la neige recouvrait toujours tout, même les choses les plus horribles, du moins quand elle tombait pour la première fois. Combien de fois avais-je accueillis la neige avec bienveillance durant mes campagnes quand elle recouvrait les actes de guerres ? Cela était certes provisoire, mais même si j’étais un guerrier, un violent et un rustre dans l’âme, je trouvais que la neige était la voie de mon salut. La deuxième, c’était la pureté qu’elle représentait. Son manteau blanc rendait le monde uniforme et pour moi, un monde en paix était un monde entièrement recouvert de neige blanche.

Cependant, je savais que ma femme n’aimait pas la neige. Elle c’était faite depuis son arrivé au château à la vie en Bavière, à nos coutumes et autres traditions, mais si il y avait une seule chose qu’elle pouvait bien détester, c’était la neige. Bien qu’elle n’aimait pas le froid, elle arrivait à le supporter, sauf quand il y avait de la neige. Même de là où j’étais, je la vis frissonner à l’idée de devoir passer plusieurs mois avec ce manteau blanc entourant le château.

Comme pour lutter contre ce froid, elle se dirigea vers le plateau et nous servit deux belles tasses de tisanes. Elle se rapprocha de moi pour me la tendre. Je pris la tasse, m’attardant pour la lui reprendre pour prolonger le contacte de mes doigts sur les siens. Elle se mit ensuite à côté de moi sur le lit et avant même que je ne me rapproche d’elle, elle fit un très d’humour.

« Oui j’ai envie de faire cela. Mais j’ai avant tout envie de prendre ma femme, la femme que j’aime, dans mes bras. Et de mémoire, cela n’a rien d’incompatible avec le fait de boire une tisane, surtout quand elle est chaude. »

Je pris alors ma femme dans mes bras l’amenant contre moi. Je m’assis avec elle près du plateau que je lui avait ramené pour notre petit déjeuné en commun, le premier d’ailleurs depuis notre mariage. Je mis ensuite sur mes épaules la lourde peau de bête doublé de laine et j’en fis profiter mon Angy, la serrant et la gardant contre moi. Je fermais alors les yeux, profitant de ce moment de calme auprès d’elle.

De nouvelles larmes coulèrent sur ma joue, là encore celle de joie. Jamais je n’avais pensé qu’être ainsi avec ma femme pourrait être aussi plaisant et encore une fois, je me maudis de ne pas avoir fait l’effort plus tôt pour connaître ce genre de chose. Jamais, même si je l’aimais, je n’avais pris le temps pour cela, préférant m’éloigner d’elle en général, puisque je pensais que ma présence était dérangeante pour elle. Mais je n’avais jamais eu aussi tord de ma vie. Finalement, après s’être enfin dit les choses, après que notre amour soit révélé au grand jour, je ne pouvais que constater que le bonheur, ce n’était en réalité, bien peu de chose.

« Angy mon amour, je sais que tu n’aime pas la neige et je connais depuis des années maintenant ton petit rituel quand les premières neiges tombent. Je sais que tu prétends ne pas être en forme et que tu tiens le lit une grande voir toute la journée. Aussi, aujourd’hui, je voudrais rester avec toi pour accomplir se rituel et tenir le lit durant le reste de la journée avec toi si tu y consens. »

_________________
Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Blason11Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Vondin10
Hans Von Dingen
Hans Von Dingen

Messages : 50
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica) - Page 2 Empty Re: Le chasseur aussi à besoin de repos (PV Angelica)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum