La Sérénissime
Ce forum, de par ses contenus, est réservé à un public majeur, mâture, et averti.Il s'adresse à un public +18 uniquement. N'y entrez que si vous êtes majeur.

Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Aller en bas

Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Hans Von Dingen le Jeu 25 Oct - 21:29

Il faisait encore nuit noir que je me levais. J’étais tranquillement allongé auprès de ma merveilleuse femme Angelica, mais pour moi il était l’heure de quitter ma couche, car aujourd’hui, j’allais répondre à l’une de ses demande, celle d’essayer de faire des efforts avec mon fils Edmund.

Sur les conseils de ma femme, j’avais donc proposer à mon bon à rien de fils, enfin mon fils tout court, car il ne faut pas que je le rabaisse constamment, une petite activité père. Le but de cette activité étant, de ce que m’avait dit ma femme, de pouvoir prendre le temps de discuter avec mon fils, de le laisser s’exprimer, sans que je lui coupe la parole, pour essayer de le comprendre. Je savais que j’allais pouvoir réussir la partie le laisser parler, mais je suis plutôt du genre têtu, donc de la à la comprendre, j’aurais certainement encore besoin de ma femme. Puis pour cette sortie, elle m’en avait fait promettre des choses ma femme … Je devais rester calme, je ne devais pas le frapper, je ne devais pas non plus lui couper la parole, je ne devais pas l’abandonner en forêt, je ne devais pas ceci, je ne devais pas cela et tout et tout. Mais mon fils avait aussi promis à sa mère de me parler, de m’écouter aussi, une fois qu’il aurait parler, devenir avec moi … D’ailleurs comme il avait dit oui à sa mère et dit oui à l’activité que je lui avait proposé, il devait me suivre …

Je sortais de la chambre pour me diriger vers mes armoires de vêtements quand mon chien, Mormund, vient me voir. Il s’agissait d’un énorme chien de combat, entraîné à tuer et qui était un peu mon petit bébé.

« Du calme Mormund, du calme. Si tu réveilles maman, tu n’auras que les restes. Aller tu te calmes et tu auras un le droit à un poulet ce soir. »

Une fois le chien tranquille à mes peids, je pus me préparer. J’enfilais l’une de mes tenues de chasse avant de prendre la direction de la cuisine pour prendre mon petit déjeuner, chose importante avant de partir chasser. J’étais seul en cuisine et mon fils n’était pas la. Mais il fut dire que même si j’avais espéré un sursaut de sa part, je m’y étais préparé et je pris calmement la direction de sa chambre quand j’eus fini.

Une fois devant la chambre de mon fils, je toquais doucement à la porte de mon fils. Aucune réaction. Pas grave, c’est qu’il a le sommeil lourd mon fils. J’ouvris donc la porte pour passer ma tête.

« Edmund ? Edmund. C’est l’heure de se lever ... »

J’avais parlé doucment, sur les conseils de ma femme, parce que devais le faire calmement. Mais la encore pas de réaction, je rentra alors dans sa chambre pour m’approcher du lit. Je le secouais un peu en répétant ma phrase. Mais toujours aucune réaction … Bon là pour être lourd son sommeil, il était lourd. Je recommençai, parlant plus fort, mais rien. Il ne me restait plus qu’une seule solution. Je pris alors un sceau remplis d’eau et je lui vidais alors sur la tête. Puis là, plus de retenu dans la voix, prochaine fois, je cris …

« Bon gamin, ta fait une promesse à ta mère, alors maintenant c’est debout et on part chasser !!! »


Dernière édition par Hans Von Dingen le Ven 30 Nov - 22:45, édité 1 fois

_________________
avatar
Hans Von Dingen

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Invité le Ven 2 Nov - 22:57

Dormir. Ah ! Voilà enfin un domaine dans lequel le jeune von Dingen excellait ! Il faut dire qu’il y mettait du sien. Le jeune homme avait le goût de la chose bien faite. Des vêtements amples et légers pour ne restreindre aucun de ses mouvements, une couverture en peau recouvrant seulement une moitié de son corps, une jambe sous la couette, une jambe dehors pour avoir à la fois chaud et froid, la bouche grande ouverte par laquelle s’échappait un ronflement profond et serein. Lorsqu’Edmund dormait, c’est comme s’il était ailleurs, loin du schloss. Peu de choses pouvaient réveiller la bête endormie justement lovée dans les bras d’une Morphée qui, pour rien au monde, ne laisserait partir son protéger.

Néanmoins, Morphée n’était rien face à l’obstination d’un père pour la chasse. Edmund se réveilla en un sursaut ; il était trempé, et sa literie aussi. Redressé sur ses avant-bras, il scruta son paternel.

EDMUND ─ Mais ça ne va pas ? Je pourrai tomber malade j’vous ferai dire !

Il bondit hors de son lit en faisant abstraction des reproches que lui adressaient son père – il y en aura d’autres, de toute façon. Il se hâta vers son armoire, où son premier réflexe fut d’attraper un vêtement qu’il enfila le temps de choisir de façon plus posée sa tenue du jour. Il pivota ensuite légèrement sa caboche vers son géniteur.

EDMUND ─ Oui, j’arrive. Laissez-moi au moins le temps de me préparer, dit-il avant d’en retourner à son armoire.

La chasse le passionnait. Même s’il n’en donnait pas l’impression, ce n’était pas une activité qu’il prenait à la légère. Plus que tout, il était conscient de l’importance qu’avait cet art dans la renommée familiale. Pour lui, chasser était marcher dans les pas de ses ancêtres, des héros qui ont fait l’Histoire des von Dingen. Bien sûr, ce n’était pas un grand chasseur comme ses aïeux, mais il faisait au moins l’effort de chercher d’où venaient ses erreurs afin de tenter de les corriger. Ce n’est pas grand-chose, qu’un détail, mais pour n’importe quelle personne qui connaîtrait Edmund, cela voulait dire beaucoup.

Le jeune homme rejoignit son père dans la cours du schloss où il l’attendait, entouré de quelques hommes armés et de Mormund, le monstre chien. Edmund avait avec lui, en plus de son barda habituel, un sac en cuir dans lequel il avait mis des provisions pour pouvoir grignoter lorsqu’il serait en forêt.

EDMUND ─ J’ai pris du pain et du porc séché au cas où on aurait faim, lança-t-il d’un ton innocent et légèrement fier de l’initiative qu’il venait de prendre. J’espère qu’on ne rentrera pas trop tard … j’avais promis à Alwine que je l’aiderai aujourd’hui.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Hans Von Dingen le Dim 4 Nov - 1:27

Bon visiblement l’eau avait réussit à ramener mon fils du pied des songes. Puis apparemment, ça lui a donner plus de vitalité en trente seconde qu’il n’en a eu depuis c’est quatorze ans.

« Eh bien Ed, ça fait plaisir de te voir avec autant d’entrain ! Ca faisait bien longtemps que j’avais pas vu de la vitalité en toi, mais si ça se trouve, tu t’économisais pour me montrer ce que tu vaux réellement. Et t’en fait pas, tu vas pas tomber malade, tu es un Von Dingen ! Puis oui tu as le temps de te préparer, je suis venue te réveiller plutôt que prévue parce que je sais que tu peux avoir le sommeil lourd. Moi je vais descendre dans la cours finir les derniers préparatifs. Mais tarde pas trop tout de même. »

Ah !!! Je suis bien content de voir mon fils motivé de la sorte, ça faisait bien longtemps qu’il n’avait pas était comme ça, j’allais surtout pas le lui reprocher. Moi qui attend depuis plus de cinq ans de le voir faire quelque chose avant l’heure du goûter, avec de l’entrain et alors que c’est avec moi ! Je peux vous dire que de un je suis super content, et de deux je suis fier. Mon fils qui redevient mon fils ! Il faudra que je fasse un truc pour Angelica à mon retour, parce que son conseil pour le moment, c’est un très bon conseil ! J’aurais peut être du l’écouter un peu plus concernant le gamin et son éducation, mais je suis un peu comme le sanglier, buté et très rustre, la subtilité, je ne connais pas, enfin si, mais là c’est une histoire entre ma femme et moi.

Puis aussi, c’est pas mal, j’ai pas dû utilisé les techniques de Pascal mon grand-père pour réveiller le gamin ni le faire lever du lit. Parce que le grand-père maternelle, c’était un fou du réveil. Bon vous me direz le paternel et son père aussi, mais le grand-père maternelle, lui, c’était le niveau au dessus. Déjà, tu avais intérêt à te lever à l’heure, parce que si i devait venir te réveiller, il n’y allait pas par quatre chemins. En général, il choppait le dessous du lit, et il le retournait d’un coup sec. Autant te dire que tu un ça réveil, mais de deux, ça te donne pas envie de rester au lit. Il l’a fait un bout de temps en plus, jusqu’au jour où il s’est coincé le dos. Après il avait du mal à retourner un lit, surtout les grands lits. Alors il débarquait en général avec une hache dans les bons jours et une torche quand son dos lui faisait mal … Et c’est le menuisier du coin et son frère, qui était un plumassier, ils s’en sont mis plein les fouilles. D’ailleurs une fois j’ai du me faire un peu d’argent, bah ils ont pris les salauds, parce que bon, c’est globalement l’argent de la famille, donc le mien. Donc je suis allé me resservir de l’argent que mon grand-père leur avait donné. Au passage, ce jour là, quand je suis allé leur dire bonjour, je arrivais assez tôt, donc j’ai pris l’argent et je suis allé les prévenir, mais j’avais un peu mal au dos …

Enfin bref, j’ai pas vraiment l’habitude de me replonger dans mes souvenirs, donc je vais descendre tranquillement dans la cour pour finir de préparer les affaires pour notre partie de chasse. Enfin je n’aillais pas le faire, des serviteurs le faisait pour moi. Moi j’allais me contenter de faire une vérification, engueuler qui de droit si il y a quelque chose qui manque. Mais apparemment mes serviteurs ont été compétent. Les chevaux sont prêt, les armes sont prêtes, mon, enfin notre escorte est prête, manque plus que le fils.

Après je sais que je lui laisse un peu de temps, mais je suis un impatient notoire. Merde … J’avais prévus de gueuler un peu après le gamin, là il a tout fait tout de suite … Donc ça la fou un peu mal de lui crier dessus. Mais qu’est ce qu’il fout bon sens … Ca va faire au moins cinq minutes que j’attends … Bon je vais vérifier mes armes. Alors une arquebuse, oui, faut que je m’entraîne un peu. Une arbalète, en voilà une arme qu’elle est bonne. Ca c’est mon arme de chasse de prédilection. Je vais me la garder, car si l’arquebuse m’emmerde, j’aurais de quoi m’amuser. Ensuite, un casse croûte pour moi, un pour le gamin. Parfait. Bon aller, je vais jouer avec Mormund sinon je vais devenir fou.

J’eus à peine le temps de commencer à jouer avec mon chien que le gamin descendait déjà dans la cour. Bordel, il faisait un boucan du diable mais au moins il était là. Puis bien prêt et tout. Par contre je ne savais pas tout ce qu’il trimballait avec lui, mais je me disais que ça faisait beaucoup. M’enfin, chaque chose en son temps, il était prêt à partir, j’avais à peine utilisé un sceau d’eau, donc franchement comme début de matinée, vu nos relation, on ne pouvait faire mieux.

« Belle initiative Ed ! Mais ton vieux père ne part jamais à la chasse sans de quoi manger. Cependant je ne peux que noter que tu une bonne idée et ça me fait plaisir que tu es pensé à moi. Donc se sera avec plaisir que je prendrai un casse croûte dans ce que tu m’as préparé. Cependant je te propose de nous mettre en route.Les meilleurs proies sorte le matin, donc autant essayer d’en prendre une ou deux belles prises. Puis si tout va bien, on rentrera pas tard, donc tu pourras tenir ta promesse envers ta sœur. »

Ah bah merde alors, c’est que je suis fier de mon gamin moi ! Putain Angelica, je suis en train de le retrouver mon gamin !!! Je pense que je vais vraiment écouter tes conseils plus souvent. Aller, on va monter sur ses grands chevaux, enfin sur nos chevaux, qui sont grand, pas s’énerver, parce que là j’ai aucune raison de la faire.

« Aller Ed, à cheval ! On a une partie de chasse à mener ! »


Dernière édition par Hans Von Dingen le Ven 30 Nov - 22:45, édité 1 fois

_________________
avatar
Hans Von Dingen

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Invité le Jeu 8 Nov - 20:46

Le jeune homme, trop occupé à arranger la nourriture dans sa besace, ne releva pas le compliment de son paternel. Il faisait partie de ces gens qui ne savaient pas faire deux choses en même temps, si bien qu'il était parfaitement incapable de ranger tout en coutant les paroles de son vieux père. Un serviteur s'approcha d'Edmund et lui tendit une arbalète, la sienne. L'outil était parfaitement ouvragé et son bois, du pin, venait directement de la forêt domaniale des von Dingen. L'héritier attrapa l'arme puis la scruta minutieusement à la manière d'un expert, et ce bien qu'il n'y connaisse absolument rien. Plus jeune, il s'était exercé au maniement de l'arbalète, contre une cible faite de paille. Jamais il n'avait pointé son arme vers quelque chose - ou quelqu'un - de vivant. Il vint attacher l'arme à son ceinturon, puis le groupe fut enfin disposé à partir.

Edmund marchait en tête, derrière Hans et son maître chasseur, un homme bourru qui ressemblait beaucoup aux bêtes qu'on pouvait trouver dans la forêt. Cette dernière s'étendait à perte de vue, et constituait un véritablement labyrinthe pour quiconque oserait s'aventurer là sans avoir une idée précise des lieux. A cette saison, les arbres de la forêt avait revêtu leur robe orange et brune, et ils commençaient à perdre leur feuillage. Des feuilles mortes jonchaient sur le sol de la forêt, et ce tapis d'automne était une véritable aubaine pour les animaux les plus petits, ceux suffisamment insignifiants pour pouvoir se cacher en dessous. A leur passage, les hommes écartaient les feuilles, et il n'était pas rare de voir un rongeur détaller en les entendant arriver.

EDMUND ─ Où est-ce qu'on va ? demanda innocemment le jeune homme, la bouche à moitié pleine.

Il avait déjà commencé à manger et s'était enfilé à lui seul la moitié de sa besace. Peu aux aguets, il se contentait de suivre le groupe. Marchant lourdement et parlant à voix haute sans prendre la peine de chuchoter, il semblait étranger aux coutumes de la chasse. Il faut dire qu'avec le boucan qu'il faisait, même le plus sourd des animaux entendrait le groupe suffisaient tôt pour pouvoir s'enfuir.

Plus le groupe progressait, et plus le jeune homme voyait les hommes derrière lui le dépasser. Peu habitué à marcher autant, il peinait à suivre le rythme. Il n'arrivait pas à réguler sa marche et sa respiration, et avancer dans les feuilles mortes l'épuisait davantage. Ses jambes devenaient de plus en plus lourdes ; avancer devenait un véritable fardeau. Edmund releva la tête pour constater la distance qui le séparait des autres.

EDMUND ─ At-attendez ! J'ai des épines dans les pieds !

Il soufflait lourdement à la manière d'un animal aux aboies.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Hans Von Dingen le Ven 9 Nov - 23:29

Le gamin avait visiblement de l’entrain et après une courte chevauché, nous arrivâmes là où j’avais prévue avec mon maître chasseur de chasser du gibier. On mit alors le pieds à terre pour continuer à progresser. Je fus alors partager entre la joie de voir mon fils me suivre et la déception de le voir faire autant de bruit avec tout son bardas. J’avais l’impression d’entendre ça sœur qui faisait drelin drelin quand elle se déplaçait dans le château. Sauf que là, si on voulait un minimum de discrétion. On pouvait voir les animaux détaller devant à un vitesse incroyable et il était certain que les plus gros gibiers soit déjà loin de nous.

Edmund avait commencé juste derrière moi, mais il n’avait pas mis longtemps à ne plus suivre. On venait à peine de marcher une petite heure que déjà il crachait ses poumons dix mètres derrière le groupe. Je pouvez entendre qu’il n’avait pas l’habitude de marcher … Mais on venait à peine de marcher un peu bout de temps que déjà il nous demandait de nous arrêter. JE fis donc signe à mes hommes de s’arrêter. Je me tournais alors vers mon fils. Il était plus rouge que le sang d’un animal qu’on égorge et il soufflait plus fort qu’un enfant asthmatique qui vient de courir pour sauver sa vie.

« Des épines dans les pieds ? Mais comment tu peux avoir des épines dans les pieds ? Ne me dis pas que tu n’as pas mis de bottes Edmund ... »

Je pouvais voir mes hommes regarder le gamin puis moi avec un regard amusé. Il était connu de tous que j’avais une larve comme enfant, la réaction des gens de ma maison était toujours la même quand il le voyait. Il retrouvait ses manières de bons à rien aussi je ne savais pas trop quoi faire. d’un côté ma patience commençait s’effriter, d’un autre je devais faire bonne manière pour ma femme.

« Bah dans tous les cas, je suis déjà bien content que tu sois arrivé jusque là. Puis bon, donne ton bardas à l’un des hommes, ça leur apprendra à vouloir se moquer de mon fils. Je suis le seul à avoir le droit ici. Puis Edmund, ne me fais pas honte encore une fois. Bois un coup et s’est reparti, tu vas tirer ton premier coup aujourd’hui et devenir un homme, un vrai. »


Je toisais mes hommes tu regards. Plus personne ne riait. Il savait tous que je pouvais être un poil susceptible et que j’avais la Diplomatie facile, aussi, personne n’avait envie de croiser le fer avec moi. J’étais plutôt un bon bretteur et j’avais une réputation certaine dans le saint empire. Aussi j’avais plus de duel gagné que l’ensemble des duels des gens présents et engager le fer face à moi, c’était en règle général, signer son arrêt de mort.

Je pris alors une longe en cuir. Je fis un nœuds sur l’un des poignets d’Edmund et je fixais l’autre extrémité sur le collier de Mormund. Je vis les yeux du gamin se poser mille questions que déjà je donnais l’ordre à mon chier de tirer Edmund.

« Il va t’aider à avancer. Hein Mormund que tu vas l’aider. Aller va mon chien, tire un peu le gamin, il en a besoin. »

Je vis alors mon chien commencer à tirer sur sa longe, entraînant Edmund à sa suite, qui n’eut pas vraiment le temps de réagir à ce que je venais de faire. Mais au moins là, on ne serait plus ralenti. J’étais fier de ma bonne action. Parce qu’en temps normal, j’aurais dit à Mormund de lui courir après pour le faire avance, ou d’aller le chercher, dans les deux cas, le gamin aurait perdu des morceaux, ou aurait de belles traces de dents.


Dernière édition par Hans Von Dingen le Ven 30 Nov - 22:44, édité 1 fois

_________________
avatar
Hans Von Dingen

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Invité le Jeu 15 Nov - 20:30

EDMUND ─ Si, j'ai mes bottes. Je ne suis pas idiot non plus, fit le jeune homme en haussant les yeux au ciel.

Il observa les réactions des hommes de son père en fronçant les sourcils. "Qu'ils se moquent" pensait-il sans oser affirmer ses pensées à voix haute. Les hommes de son père l'exaspéraient, et il s'était toujours dit que lorsqu'il prendrait les rennes de la famille - ce qui arrivera tôt ou tard - il ferait le tri parmi ces hommes là, et qu'il n'hésiterait pas à se débarrasser de ceux qui ne l'ont pas prit au sérieux. En entendant les menaces que proférait son paternel aux autres hommes, Edmund ne put s'empêcher d'afficher un sourire niais.

Impassible et imperturbable, il observa Hans von Dingen nouer la longe du chien de combat à son poignet. Il ouvrit la bouche en formant un "o" parfait, surpris de ce qui allait se passer. Il se laissa cependant faire. Les ricanements des hommes du domaine l'avaient énervé, et il voulait leur montrer de quoi il était réellement capable. Son père serra fermement les liens qui le reliaient au chien de combat, et le jeune homme déglutit. Le patriarche von Dingen beugla des ordres à l'animal. Edmund n'eut pas le temps d'assimiler ces nouvelles infos qu'il fut d'un coup tiré par l'animal qui l'amena quelques mètres en avant du groupe. Edmund peinait à suivre mais il n'avait pas le choix. C'était suivre ou tomber, courir après la bête ou se faire traîner à même le sol, la tête dans les feuilles mortes.

L'animal ne cessait de courir, et ce malgré les ordres d'Edmund qui ne parvenait pas à se faire entendre. Le jeune homme courait à ne plus sentir ses jambes, tiré par un animal uniquement guidé par le mot "tire". De là où il se trouvait, le jeune bavarois ne pouvait voir la tête de la bête, un parfait mélange entre stupidité et bestialité animale. Heureux de courir, le chien ne se souciait pas de l'homme qu'il promenait. Il suivait son propre chemin, ne s'encombrant pas de réfléchir si son poursuivant pouvait emprunter le même chemin que lui. Dans sa course, Edmund dû de justesse éviter branchages et racines.

Mormund le chien de combat s'arrêta brusquement. Devant la vitesse de cet arrêt, le jeune von Dingen tomba lourdement sur le sol. Le chien se mit à aboyer fortement. Edmund se releva, et se trouva nez à nez face à l'objet des aboiements du monstre. C'était un cerf. Il gisait sur le sol. L’œil encore vif et la respiration haletante, il était encore vivant, mais pour combien de temps ? Le jeune homme ne le savait pas, mais la présence de l'animal signifiait beaucoup de choses. Cela voulait dire qu'il venait d'être attaqué, et la flèche dans le flanc de la bête indiquait l'homme pour seul responsable. Quelqu'un chassait sur les terres von Dingen.

A force d'aboiements, les premiers hommes du Compte, suivis de près par ce dernier, arrivèrent rapidement sur les lieux. Edmund se tourna vers eux, puis vers la bête, puis vers eux.

EDMUND ─ Mormund a trouvé un cerf, dit placidement le jeune homme.

Le maître chasseur se précipita vers la bête et, après une rapide inspection de l'animal, ajouta vers le comte von Dingen.

CHASSEUR ─ Il est beaucoup trop blessé pour survire, mieux vaut l'achever, commença l'homme avant de marquer une courte pause. Comte, je crains que vous ayez des braconnier sur vos terres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Hans Von Dingen le Dim 18 Nov - 14:31

J’observais le gamin qui comprenait avec un peut de retard ce que je venais de faire. La surprise se lu dans ses yeux et il ouvrit la bouche en formant un O parfait autant dire que cela pouvait donner bien des idées à mes hommes, mais mon regard noir leur coupa tout envie de protester. Le chien partie alors, traînant Edmund derrière lui. Mais apparemment, l’instinct de survie de mon fils était plus fort que ses douleurs et il se mit à courir derrière le chien comme il pouvait, évitant tranche et racine.

« Et on se dépêche de le suivre ! »

Mes hommes se mirent à suivre mon fils comme si leur vie en dépendait. Et c’était le cas. Si il devait arriver quelque chose à mon fils parce qu’ils étaient incapable de suivre un pauvre petit chien sans défense, ils savaient qu’ils déclencheraient ma colère, et aucun d’entre eux ne voulait que cela arrive.

Mormund emmena alors le groupe, il avait visiblement flairé quelque chose et il tirait le gamin ou il voulait. Rapidement mon chien distança la petit groupe et je vis mes hommes accélérer encore le pas. Tout le monde courrait derrière le chien et je fus agréablement surpris voir des traces de pas suivre celle du chien et non un trace d’homme tiré à même le sol. Mais soudain ceux furent des aboiements qui se firent entendre. Il ne me fallut pas longtemps pour rejoindre le groupe. Visiblement Edmund avait fait un vol plané dans la terre. Mais personne ne fit de remarque, trop concentré sur le cadavre du cerf qui trônait devant nous.

« Je vois ça. J’aurais préféré que ce soit ton œuvre gamin, pouvoir te féliciter pour ta prise. Malheureusement pour nous, je ne vais pouvoir que te félicité d’avoir enfin mis la mains sur la preuve que quelqu’un braconne sur mes terres. Ed, libère le chien, il en y qui vont pas tarder à connaître la force de sa mâchoire ... »

Je pris mon arbalète à la main, le temps que le gamin se dépatouille avec la longe de la laisse. Il était visiblement enclin à faire les choses rapidement et ne pas rester derrière le chien, car il me tendit la longe avant que j’eus armé mon arme. Mon chien était paisible devant moi et je pris la longe afin de lui enlever.

« Mormund, recherche qui a tué le cerf, cherche. »

D’un geste je mis le gamin sur ses pieds et on lui redonna son arme. Tous mes hommes avaient déjà préparer leurs armes. La chasse à l’animal venait de se transformer en chasse à l’homme. On allait traquer un animal différent.

« Messieurs, on trouve et on capture ses braconniers, on ne chasse pas sur mes terres sans en subir les conséquences. »

Une tape à mon chien et celui ci mit le nez dans la terre à la recherche d’une trace. Mormund n’était pas le plus grand traqueur que la race canine pouvait connaître, mais il faisait bien le travail. Cependant, une fois que vous avez sur le bout du museau, là vous étiez dans la merde. C’était un chien de combat, pas un vulgaire chiot.

« Ed, tu viens avec moi. Vous vous partez par là avec le maître chasseur, et les autres avec moi. »


Le maître chasseur suivait un jeu de trace, tandis que mon fils, moi et nos hommes, suivirent mon chien. Je voulais avoir mon fils avec moi car si il lui arrivait quelque chose Angy m’en voudrait, alors l’avoir avec moi, me permettait au moins d’être sûr qu’il soit en sécurité.

« Ed, le gibier que l’on cherche et bien différent. Alors si je te dis de te coucher au sol tu le fais sans discuter. »


Dernière édition par Hans Von Dingen le Ven 30 Nov - 22:44, édité 1 fois

_________________
avatar
Hans Von Dingen

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Invité le Dim 25 Nov - 19:17

Dès l’instant où il fut libéré des liens qui l’unissaient au fils von Dingen, le chien de combat colla sa truffe contre le sol et se mit à renifler les odeurs. Il traça des cercles autour du groupe, remuant frénétiquement la tête à droite et à gauche dès qu’une odeur vint l’interpeler. A l’affut de la moindre senteur qu’il ne saurait reconnaitre, l’animal semblait concentrer, probablement conscient du sort que lui réservait son maître s’il ne parvenait à trouver les braconniers. Aussi, la bête connaissait par habitude le genre de récompense à laquelle elle aurait droit lorsqu’elle aura mené à bien sa mission. Edmund, quelques pas plus loin, ne quittait pas des yeux l’animal. Il était admiratif du dévouement que faisait preuve le chien dans sa tâche ; de tout son être, il semblait être porté par un instant uniquement orienté vers la traque et la chasse. Ce démon, rassasié par la criée à venir, effrayait l’héritier. Les grognements qu’il composait avec sa gueule le rendait plus terrifiant que la poignée de soldats qui les accompagnait lui et son père. Ce ronflement bestial semblait venir tout droit des Enfers.

En recevant son arme, Edmund déglutit. Il était plus proche de s’en servir qu’il ne l’avait jamais été auparavant. L’idée de tirer en direction de l’un des braconniers l’effrayait. Il connaissait le sort que l’on réservait à ce type de délit, mais il redoutait de devoir l’appliquer lui-même. L’un des soldats s’approcha du garçon et lui remit plusieurs carreaux tout droits sortis de sa besace.

SOLDAT ─ Je suppose que vous savez comment on arme une arbalète, non ? demanda l’homme un sourire moqueur aux coins des lèvres, doutant des capacités du jeune homme.

Edmund plissa les yeux puis hocha simplement la tête, avant de récupérer les carreaux. En prévision de ce qui pouvait l’attendre, il logea un carreau dans la gorge de l’arme sans pour autant tendre l’arme ; un mauvais mouvement et un accident était si vite arrivé.

Accompagné de son père et de deux-trois soldats, le jeune homme s’engouffra entre les arbres en suivant le chien. Inquiet, il regardait tout autour de lui, et ce même si ses yeux ne pouvaient voir plus loin que quelques mètres tant la végétation environnante réduisait son champ de vision. L’endroit aurait été la cachette idéale si le groupe n’était pas accompagné d’un animal guidé par l’odeur.

EDMUND ─ Vous pensez qu’ils sont combien ? commença-t-il simplement. Ils sont armés ? Et … euh, on va leur faire quoi, quand on les aura ? continua-t-il bien qu’il connaissait déjà la réponse, mais il voulait se rassurer.

Avant qu’on ne réponde à ses interrogations, le chien s’arrêta, relevant la tête. Il renifla à droite, puis à gauche, et se mit à aboyer la gueule grande ouverte. D’un bond, il s’élança et se mit à courir entre les arbres, sans pour autant cesser de gueuler afin de guider son maître. Le chien disparut, puis un cri retentit alors dans la forêt.

Accourant vers la source du cri, le groupe tomba sur un homme, visiblement pauvre et le visage recouvert de terre. Il était allongé à même le sol. Le chien, quant à lui, tournant tout autour en tirant sur la manche de l’homme. Dans la jambe du braconnier, une flèche. Elle était identique à celle trouvée quelques minutes plus tôt dans le flanc du cerf. Lorsqu’il vit arriver le Comte et ses hommes, le chasseur se mit à pleurer.

BRACONNIER ─ Sei-Seigneur je vous en prie ! C’est-c’est Kort qui m’a dit de venir chasser i-ici … Il m’a tiré dessus, aidez-moi ! Je vous aiderai à le trouver.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Hans Von Dingen le Ven 30 Nov - 22:44

Je n’avais aucun doute sur la capacité de mon chien à trouver des intrus. C’est pas un grand pisteur, mais là, on cherchait juste des chasseurs de bas étages qui venait ce servir sur mon domaine. Le cerf blessé fut achevé proprement et c’est accompagné de mon fils que nous avons commencé de suivre mon chien. J’étais à la hauteur de mon fils, mais j’appelais déjà l’un de mes soldats. J’avais une chose à régler. A peine fut il à ma hauteur que la calotte partie. Il avait malheureusement aucune protection sur le tête et il prit la claque de plein fouet.

« Il n’y a que moi pour dire que mon fils est un incapable ! Alors si je le dis on ne le répète pas. Et mon fils sait tirer à l’arbalète, je lui ai apprit moi même avant qu’il ne devient plus mou du genoux. Alors le prochain qui fait une remarque, c’est comme si il la faisait directement à moi. »


L’homme se massa alors la tête. Je n’avais pas frappé avec Parcimonie, mais j’étais capable de sécher un homme d’une baffe, autant dire que j’y allais rarement de main morte. D’ailleurs en y repensant, Edmund était particulièrement résistant, parce qu’il arrivait à ne pas s’évanouir, quand il était en forme, avant au moins dix putain de bonnes tartes dans sa gueule. Finalement, il en avait des gênes de sanglier ce gamin, mais je m’en rendait compte seulement maintenant.

J’étais partiellement perd dans mes réflexions, je ne suivais pas vraiment ce qui se passait autour de moi quand j’entendis la voix de Ed. Je le regardais alors, on aurait dit un enfant de dix ans qu’on emmène avec soit, mais ce n’était pas grave. Au moins il prenait cela à cœur, c’était déjà ça.

« J’en sais rien et je m’en fou. Quoi qu’il arrive ils vont le regretter. Et Ed, quand tu pars à la chasse, tu pars avec une arme ou pas ? Puis on verra ce qu’on fera. Mais la loi c’est la loi ! »


Soudain, mon chien s’arrêta avant de bondir et de partir comme un furieux. Il aboyait à faire trembler la forêt et à peine il eut disparu qu’on entendit des cris provenir d’un peu plus loin, visiblement il était tombé sur quelqu’un et j’étais en train de douter du fait qu’il respectait bien son dressage. Il devait pister, trouver la cible et si il ne se faisait pas attaquer, juste arrêter la perso. Mais vu les cris, j’avais l’impression que le chien avait plutôt décidé de faire son casse croûte … Mince, un mort c’est moins pratique pour avoir des renseignements.

Sans me presser parce que je n’entendais pas mon chien hurler comme quoi il était attaqué, j’avançais vers les hurlements de l’autre homme. On arriva alors devant un homme qui se mit à pleurer en me voyant. Il devait avoir l’age de ma femme, visiblement pauvre, et avec une flèche dans le genoux. Je fis alors signe à mon chien de venir se mettre à côté de moi et il obéit. L’homme essaya de se justifier, mais j’avais plus urgent à faire. Je devais réfléchir un peu … Est ce qu’un hors la loi rentrait en ligne de compte vis à vis de la promesse que j’avais faite il y a peu à ma femme. Devant mon air pensif, l’homme continua à parler.

« SILENCE ! »

Voilà qui était mieux, bien mieux. L’homme c’était arrêté de pialler et e pouvais réfléchir un peu. Sauf que j’avais perdu le fils de ma pensé. Saloperie de pauvre merde de braconnier …

« Toi, ton nom!

Herbert mon sei …


Herbert ? Va pour ça. Alors dit moi Herbert, c’est quoi la peine que je peux infliger à un braconnier qui vient chasser sur mes terres ? »

L’homme déglutit. Visiblement il savait que la mort pouvait être réclamé sans autre forme de procès que ma simple envie.Mais bon, j’avais fait une promesse puis … Puis j’étais avec mon fils, pour chasser, pas pour me prendre la tête. Je pris alors l’homme au col pour le soulever et le mettre sur ses deux pieds. Forcément sa flèche le faisait souffrir mais il ne respectait pas les lois, autant dire que j’allais pas me montrer conciliant.

« Debout toi. Bon je ne sais pas si c’est ton jour de chance, mais je ne vais pas prendre la décision définitive. Ed, vient ici. Dit moi, toi qui connaît aussi bien que moi les règles sur notre domaine, que ferais tu de ce braconnier ? »

j’avais envie de connaître l’avis de mon fils, très sérieusement envie. E voulais savoir comment il voulait diriger un domaine, puis si il décidait que la peine pouvait être la mort, j’étais sûr que ma promesse à Angy serait tenue.

_________________
avatar
Hans Von Dingen

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Invité le Dim 2 Déc - 23:39

Le jeune homme assista aux premiers échanges entre son père et cet Herbert. Impuissant face à la situation, il portait ses deux innocents globes oculaires dans les iris larmoyantes du braconnier. De la peur. De la tristesse. Du regret. Les couleurs qui tourbillonnaient dans les yeux du braconnier étaient un mélange de toutes ces émotions réunies. Au fil de la conversation, Edmund se raidissait de plus en plus. Il ne connaissait que trop bien son paternel, et il commençait à voir où ce dernier voulait en venir. Il allait lui demander son avis. C’était là du Hans von Dingen tout craché. Un coup d’œil vers la jambe de l’individu, celle qui était transpercée par une flèche, fit tourner la tête du jeune homme sur le côté. Il ne pouvait s’empêcher de ressentir la douleur que supportait le braconnier, et il ne savait pas comment faisait l’individu pour avoir la force de parler alors que sa jambe se vidait de son sang.

HANS ─ Dis-moi, toi qui connais aussi bien que moi les règles sur notre domaine, que ferais tu de ce braconnier ?

Le moment fatidique était arrivé. Les paroles du Comte vinrent d’abord sortir le jeune homme de ses pensées, et alors que tous les regards étaient tournés vers sa personne, il s’avança de quelques pas pour arriver au niveau de son père. Ce dernier, le braconnier, les gardes, rarement dans sa vie le jeune Comte eut autant de regards tournés vers lui. Hésitant, il prit soin de dévisager chacune des expressions présentes sur le visage de son public.

BRACONNIER ─ Jeune Comte s’il vous- commença le brigand avant de se voir gratifié d’une énorme mandale par l’un des gardes.

Edmund tordit la bouche. Son père et ses hommes attendaient de lui qu’il proclame le sang. Le braconnier souhaitait vivre, plus que tout. Nul doute qu’au fur et à mesure que les instants passèrent, l’individu voyait sa misérable vie de pauvre gens défiler devant ses yeux.

EDMUND ─ Euh … nul n’est censé ignorer les lois … ne savais-tu pas qu’en venant ici, tu risquais la mort ? Alors pourquoi es-tu venu ?

Sans se soucier davantage des hommes présents autour de lui, le jeune homme parlait avec le braconnier. En plus de vouloir gagner du temps, il souhaitait en savoir plus sur la situation. Il s’en voudrait toute sa vie d’avoir fait mettre à mort un individu – presque – innocent.

BRACONNIER ─ C’est Kort qui m’a dit de venir ici croyez-moi ! En entendant le raffut que faisait vos hommes, il m’a tiré une flèche dans la jambe puis est parti vers le village.

L'individu se confondait en excuse sans cesser de pleurer, un filet de morve coulant de son nez vint se joindre à son chagrin. Le jeune compte grimaça, avant de tourner la tête vers son paternel.

EDMUND ─ Ne vaut mieux-t-il pas trouver ce Kort plutôt ? C’est lui qui semble avoir poussé cet homme à chasser ici, commença-t-il avant de marquer une courte pause, regardant alors d’un simple coup d’œil le sol autour du braconnier. D’autant plus que je ne vois pas d'arc au sol, ça veut dire que quelqu’un lui a tiré volontairement dessus avant de se sauver en courant, et c’est puni par nos lois ça aussi, non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Hans Von Dingen le Dim 16 Déc - 19:54

Ah le salop … Il a pas vraiment prie de décision … Bon après son analyse était plutôt pas mal, mais je voulais qu’il prenne une décision moi … Il va devoir agir un jour le gamin, je suis pas éternel moi et quand il sera marié, si la sœurette du gros Carlo n’est pas trop conne, elle pourra gérer le domaine et avec Angy on vivra à leur crochet calmement et surtout on aura plein de temps pour nous. Mais non, il repousse cela et voilà qu’il faut que je prenne la décision … Il m’énerve ce gosse, il m’énerve … Enfin, il commence seulement, chose rare, car en générale, je démarre au quart de tour avec lui.

« Tu as raison Edmund. La loi m’autorise à punir comme je le souhaite tout bandit et braconnier sur mes terres. Cependant tu as aussi raison sur le fait que cet herber n’ai pas le meneur, mais plutôt ce Kort. Aussi j’en ai marre de voir des animaux morts sur mon domaine. Alors ce Kort doit être le braconnier qui chasse depuis quelques années maintenant sur mes terres. Aussi, j’ai plus envie de chopper ce Kort que de tuer un pauvre paysan … »

Je retirai alors ma botte de main du braconnier. Il avait entendu qu’il resterai encore un peu envie et voilà qu’il voulait avoir une vie encore plus longue et peut être même que je le gracie. Ou il voulait me remercier pour mon geste. Mais la pitié des pécores, ça me fait vomir. Je suis un comte, pas un vulgaire bouseux Puis en plus il risque de me salir mes bottes et de me donner des maladies, sale bouseux … Il mérite la mort, mais bon, je vais essayer d’être clément … Par contre, on fait comment pour être clément ?

« Tu vas me guider jusqu’à ce Kort. Si ta participation est utile, alors je verrais pour prononcer une peine qui soit convenable. Quelques années de travaux d’intérêt généraux devrais peut être faire l’affaire. »


Je me retournais alors vers mon fils.

« Qu’en penses tu Edmund ? Est ce que ce genre de solution pourrait convenir ? E pense qu’un homme en vie peut être plus utile qu’un homme mort. Après je peux me tromper, mais je pense qu’il doit être puni quoi qu’il arrive. »

Voilà, c’était dit. Je fis alors signe à mes hommes de venir soulever le braconnier et de le faire avancer. Il devait maintenant qu’on retrouve l’homme et vite. J’envoyais aussi un homme chercher le reste de ma garde de chasse. On ne savait jamais comment pouvait réagir un bouseux dos au mur, aussi je préférai avoir plus d’homme que nécessaire plutôt que pas assez. Si j’avais été seul, passe encore, mais avec le gamin en plus, je ne voulais pas prendre de risque.

On pris alors la direction du village. J’avais envie d’en découdre rapidement avec ses braconniers. Ils gâchaient un peu ce moment père fils, mais une chasse était une chasse, qu’elle soit à l’homme ou à l’animal. Puis un petit duel à l’épée, ça n’avait jamais tué personne, jamais. Enfin si, mes adversaires ...

_________________
avatar
Hans Von Dingen

Messages : 39
Date d'inscription : 22/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petite activité père fils sans danger ... (PV Edmund)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum