La Sérénissime
Ce forum, de par ses contenus, est réservé à un public majeur, mâture, et averti.Il s'adresse à un public +18 uniquement. N'y entrez que si vous êtes majeur.

On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Catullo Zenone le Lun 30 Oct 2017 - 3:10

Le Marquis Zenone était un homme habituellement assez occupé. Surtout dans son laboratoire, dans les sous-sols de son imposant château perché à flanc de montagne d'où il pouvait surveiller la frontière avec le Saint Empire. Il n'en sortait pas souvent.
Mais ce jour-là, il devait ce rendre dans son bourg de Padiano. Il y avait donné rendez-vous à une jeune-femme qui travaillait au château depuis... longtemps en fait.

Son carrosse noir était parti de bon matin par les routes du marquisat, encadré par sa petite garde rapprochée de cavaliers. Normalement, les routes étaient sûres. Mais il y avait toujours la possibilité de croiser un brigand en goguette.
Sans compter les paysans un peu aigris et revanchards après qu'un des leurs ait été pendu pour une quelconque raison, ou enlevé pour être disséqué. Ils avaient la rancune tenace ces sales bêtes. A croire qu'aider la science leur posait vraiment problème.

Lorsque le carrosse atteignit les murailles du bourg, il entendit les roues gronder sur les pavés, et le Marquis Catullo soupira de soulagement à l'idée de bientôt s'arrêter.
Il avait beau avoir un très bon carrosse, c'était toujours bien pénible d'être brinquebalé dans tous les sens dès que le cocher se débrouillait pour faire passer les roues dans une ornière ou dans un nid de poule sur la route.

Finalement, son véhicule finit par s'arrêter, et un serviteur vint en ouvrir la portière. Le Marquis Zenone en descendit en soupirant et s'étira longuement avant de rajuster son long manteau noir et son tricorne.
Où était donc la fille qu'il attendait. Un de ses gardes lui tendit ses gants de cuir, et il les passa. Il n'aimait pas toucher ce que les roturiers pouvaient toucher de leurs mains sales et pleines de doigts. C'était pas propre.

C'était assez perturbant. Le carrosse était garé sur la place du bourg, non loin de l’hôtel de ville. Le Marquis Catullo marcha jusqu'à lavant du carrosse, et il se planta mains sur les hanches, en gonflant ses joues pour soupirer très fort, en ne dissimulant pas sa lassitude.
Pour une entrée discrète en ville, c'était très réussi. Bon, restait à retrouver Hilde. Où donc était-elle? Il se retourna plusieurs fois avant de se mettre à crier.

"Hilde? Hilde! Où es-tu?"

_________________
avatar
Catullo Zenone

Messages : 226
Date d'inscription : 18/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Hilde Hölner le Lun 30 Oct 2017 - 20:30

Un bourg ? UN BOURG ? Mais... Mais c'était plein de gens bizarres ! Plein d'affreux étranges ! Plein de ... de ... autres ! Pourquoi... Pourquoi... Pourquoi elle devait allez là ? Pourquoi il fallait qu'elle aille au bourge ? Pourquoi pourquoi... Mais elle aimait pas ça voir des autres... Elle aimait pas ça être approchée par des autres ! Et puis et puis ça salit toujours des autres ! Ça salit tout plein ! Surtout quand elle leur tape dessus avec sa grosse hache... OUi là, les autres tachent beaucoup et là, elle panique encore plus... Donc elle tape plus... Et les autres la salissent encore plus... Et... Et... finalement... Elle doit nettoyer après car les autres se planquent... C'est pas gentil des autres... Ils salissent tout le temps... Puis ils se planquent pour pas ramasser leurs amis. Pfff, elle déteste ça les autres... Ça l'énerve. Surtout quand ils la regardent ! Ils la regardent tout le temps ! Et elle aime pas ça. Surtout car les autres la regardent bizarrement ! Avec leurs leurs yeux... d'autres... Brrr... Cette seule idée lui donne froid dans le dos... Des yeux d'autres... Brrr... Ils ont pas le droit de la regarder bizarrement en plus ! Y à que son beau maître qui a le droit de faire ça ! Oui, voila... Il y a que son beau merveilleux divin marquis qui a le droit de la regarder comme il veut ! C'est simple ! Alors zou les autres, vous.. vous avez pas le droit de la regarder n'importe comment ! Bande de... de autres...

Au moins... Il y a un bon coté à quand les autres l'énervent et qu'elle tape sur les autres avec sa grosse hache. Ses deux gros toutous mangent alors à leur faim ! Plein de bons autres pour ses beaux molosses ! Oui, du bon autre... Comme les pas beaux ramassent pas leurs amis... Eh bien, Hilde en fait ce qu'elle veut... Du bon manger pour ses chiens, du bon manger pour les cochons, du bon manger pour les autres autres... Quoi ? Pas de gaspillage ! Eh puis, s'ils la cherchent, ils la trouvent ! Alors, du bon autre cuit à la broche pour les autres autres... Hahaha... Ça n'empêche pas qu'elle ne sait pas quoi faire là ? Elle ne sait pas ce qu'elle doit faire... Ah, pourquoi y a des... des... minis autres aussi par ici ? Brrr, des minis autres... Ça lui donne mal à la tête les minis autres... Et si elle découpait quelques minis autres ? Les autres minis autres se tairaient ? Elle était pas sure là... Allez, calme Hilde, calme ! Panique pas ! Ils sont partout, partout.. Ah ! Plein de.. de... Non, Hilde, il faut se calmer, se calmer ! Songea-t-elle fortement dans sa tête pour calmer son énervement croissant. Calme Hilde... Pas touche à ta hache ! Voila... Se mordant sa lèvre inférieure, la rôdeuse serra ses mains gantées alors qu'elle s'adossait à un mur pour se cacher de la vue des autres qui pourraient la voir... S'ils osaient s'approcher... Elle allait les taper... Les taper... Et ils partiraient...

Gardant ses poings fermés, elle ferma à demi ses yeux, patiente. Elle n'aimait pas attendre... Pas du tout... En vrai, elle voulait retourner au château du beau maître et tout de suite... Elle aimait pas le bourg... Plein de gens... de autres... de bizarres... Au secours, au secours, beau maître, songea-t-elle subitement dans sa tête alors qu'elle secouait sa tête. Du calme, du cal...

Mais mais, c'est la voix de son beau marquis ! La voix de son maître ? Mais mais... Durant un instant, Hilde songea qu'elle était morte avant de réaliser que la voix semblait un brin impatiente voir énervée. Oh, la voix du maître énervée. Ça lui manquait tout plein. C'était plaisant à entendre. Elle était sauvée ! SOn maître était là. Adieu les autres, les minis autres ! Adieu adieu ! Hilde reviendra vous taper plus tard ah ! Hochant sa tête, tapotant sur sa lourde cape en fourrure pour enlever un peu de saleté, frottant un brin sa lourde cuirasse en fer, elle partit à la course en direction de la place centrale... Mais mais... Il y avait surement plein d'autres là-bas... Humfff... Remarquant son seigneur où son carosse, elle accéléra le pas pour se rapprocher du regroupement et sans même prendre le temps de penser ou de réfléchir, elle s'aguenouilla subitement devant lui par réflexe, un réflexe purement instinctif, alors que ses longs cheveux aux reflets argentés tombaient sur ses épaules et devant son visage cachant ce dernier, où ses joues avaient prises une légère teinte rosée. Elle était auprès de son beau maître, c'était donc un peu son paradis !

'' Je...je... eum... '' Bredouilla-t-elle d'abord durant un instant. Mais elle détestait parler, elle détestait ça... Surtout avec des autres moins autres, car c'était des autres du château... De bons autres... Inspirant un moment pour se calmer, car elle paniquait déja un peu car elle décevait son beau maître, elle expira l'instant d'après. '' Je suuuiiss... suis.. là.. Maître... Pardon de vo.. vou.. vous dé.. déce.. décevoir en vous fai.. faisant attendre... '' Énonca-t-elle alors finalement alors qu'elle restait la tête baissée. Alors qu'une personne normale se disait qu'il espérait ne pas être punie. Hilde, elle, se demandait s'il allait le faire avec une pointe d'espoir, ses joues un peu roses sous l'idée. C'était bien pour cela qu'elle se cachait avec ses cheveux, alors qu'elle reprennait un semblant de contenance.


Dernière édition par Hilde Hölner le Ven 3 Nov 2017 - 5:23, édité 1 fois

_________________

- Hilde parle en vénitien en #0099ff et parle en allemand en #009900 -
avatar
Hilde Hölner

Messages : 24
Date d'inscription : 27/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Catullo Zenone le Jeu 2 Nov 2017 - 16:58

Le Marquis Zenone se trouvait toujours sur la place du bourg. C'est qu'il y avait du monde là-dedans. Il n'y venait pas souvent, mais il comprenait mieux pourquoi ses secrétaires lui parlaient sans arrêt de ses villages et bourgs.
Il y avait pas mal d'argent là-dedans. Il faudrait bien qu'un jour, il se penche vraiment sur ses comptes. Juste au cas où un indélicat essayait de le flouer ou de le voler quelque part. Dans des cas pareils, il pouvait avoir le coup de scalpel facile. On ne volait pas les nobles. C'était une question de principe.

Bon, elle était passée où sa petite allemande? Il allait prendre racine sur cette place. Et plus le temps passait, plus des habitants s'attroupaient en se demandant ce qu'il faisait là.
Bien évidemment, un marquis aux cheveux blancs à 30 ans, qui débarquait au beau milieu du village dans son fameux carrosse noir, ça ne passait jamais vraiment inaperçu. Et fatalement, tous les curieux du patelin rappliquaient pour venir le voir comme une bête curieuse.
Comme si quelque chose d'extraordinaire allait se passer. Ben voyons. Il était là. Et ça, c'était déjà un peu extraordinaire en soi.

Il allait recommencer à s'égosiller en appelant Hilde quand celle-ci apparut et vint s'agenouiller devant lui tête baissée.
Comment ça elle le décevait? Le Marquis Catullo haussa un sourcil avec un air interrogatif sur les traits de son visage. Ah oui. L'attente. Bon, il y avait du monde là. Il n'allait pas non plus surjouer une scène devant les habitants pour le plaisir de la chose.
Il releva le visage de l'allemande en passant un doigt sous son menton, et la regarda en esquissant un petit sourire.

"Allons, ce n'est pas grand chose. Je te donnerai une petite fessée plus tard pour la forme. Et n'oublies pas de me le rappeler si j'oublie.
Mais à présent debout. Viens. J'ai peut-être quelque chose pour toi afin de mettre tes talents à profit."

Après l'avoir prise par la main, il s'engagea dans une petite rue, suivi de loin par deux de ses gardes, en déambulant à un rythme tranquille et lent.
S'il n'aimait pas attendre, il n'aimait pas non plus se presser inutilement. Il y avait moins de monde. C'était un peu plus tranquille. Pas encore assez puisqu'il croisait encore quelques passants, mais il ferait avec.

"Bien! Alors Hilde... Il paraît que tu as un certain talent pour dresser les petites bestioles. Qu'est-ce que tu dirais si je t'en faisais dresser plein, et des rosses avec pleins de crocs pointus et tranchants comme des couteaux?"

_________________
avatar
Catullo Zenone

Messages : 226
Date d'inscription : 18/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Hilde Hölner le Ven 3 Nov 2017 - 5:35

Pas grand chose ? Pas grand chose ? PAS GRAND CHOSE ?! Mais mais mais mais... Faire attendre le beau marquis ! C'était inacceptable voyons ! C'était pas gentil pas du tout bien. Non non, ce n’était pas acceptable ! Elle... Elle avait mal agis ! Elle avait fais attendre le marquis. Humff... Silencieuse à prime abord, elle accepta finalement le verdict. C'était quand même le marquis lui même qui disait que c'était pas grand chose. Alors, elle pouvait pas répliquer... Et puis... Et puis... Rien... Se mordillant un peu la lèvre inférieure sur le coup, elle ne put s'empêcher de rougir un peu en sentant le doigt du marquis sous son menton qui l'obligeait à relever son visage pour la regarder. Gênée un peu sur le coup, la jeune femme garda le silence alors qu'elle sentait la rougeur de ses joues éclater de milles feux en entendant le jugement. Hanw une fessée ! C'était.. un bon début dans les idées d'Hilde, mais pas assez... Pas grave, c'était bien mieux que rien avoir. Et puis, le marquis pouvait compter sur elle pour lui faire souvenir de ce détail. Oui oui, elle n'oublierait pas ce genre de détail c'était certain.

Se redressant donc rapidement pour ne pas faire attendre plus son beau marquis, la jeune femme l'observa un moment avec un regard énigmatique peint sur son visage. Que voulait-il dire ? Quelque chose pour elle ? Quelque chose pour mettre ses talents à profit ? Ses talents ? Haussant un sourcil brièvement l'air songeuse, la jeune femme commença à passer en revue ses talents... Elle était bonne au lit... C'était un talent ça ? Elle savait débiter des gens ? Et ça aussi ? Hummm... Elle savait tuer... chasser... pister... Sûrement pas ça aussi ? C'était pas utile dans un bourg comme celui-ci. Alors, c'était quoi ? Réfléchissant intensément, elle finit par oublier sa réflexion alors qu'elle suivait son marquis en silence. Elle rougissait malgré elle un peu. Elle touchait son marquis ! Bon, c'était toucher par contact de ses gants contre les siens... Mais pas, grave.. c'était mieux que rien ! Ils étaient même presque seuls ! Presque assez pour qu'il puisse l'utiliser ici contre un mur ! Presque... Mais pas assez... Y avait encore trop d'autres ! Trop trop... Humf... Oust les pas beaux... Et vous autres aussi les autres utiles... Tssss... Grommelant un peu, elle fut tirée hors de ses fantasmes sexuelles auprès de son marquis par la voix de ce dernier qui lui fit hausser un sourcil. Ooohh... ce talent là... Hummm... Oui, elle aimait bien les grosses bébêtes mangeuses d'autres... Hahaha.

'' Humm... Oui... J'ai... j'ai un certain talent... pour le dress... dressage, Marquis. Mon... vieux maître m'a bien... enseigné avant sa dis... disparition. Alors... hum... en plus, j'aime bien ça... plus que cotoyer des... euhh... autres... hum... des gens... '' Détournant un peu son regard sur le coup, elle regarda un moment un mur, alors qu'elle avait parler d'une voix faible, audible presque unique par son beau marquis et personne d'autre. '' Si c'est ce que... vous voulez.... Je veux bien oui. Ça sera amusant... Si ce sont... de belles bêtes... J'aurai un grand plaisir à le faire... Mais, mais... vous avez ce genre... d'endroit ? Ici ? Mais... mais... '' Baissant son regard un peu comme embêtée, elle finit par secouer sa tête, ses cheveux tombèrent n'importe comment en bataille sur ses épaules et son dos alors qu'elle mordilla brièvement sa lèvre inférieure en réalisant que c'était loin du castello ici ! Et qu'elle aimait pas l'idée... Mais... si c'était ce que son marquis voulait, elle pouvait pas dire non.

'' Ça me fera plaisir de les dresser... oui. Les dresser pour tuer ? Ou juste pour garder ? '' Pour Hilde, un chien devait savoir systématique comment tuer... C'était ce que son maître lui disait à l'époque et elle avait toujours bien aimée cette idée. '' C'est... si grand ici... Il y a tellement... de places... tellement de... de... '' Plissant son front, elle se tut en voyant des passants, et détourna subitement son regard pour fixer son maître en silence, serrant subitement un peu plus sa main comme pour se donner du courage... Ou plutôt du self-control pour ne pas paniquer et s'énerver. Elle avait beaucoup de mal avec la socialisation...

_________________

- Hilde parle en vénitien en #0099ff et parle en allemand en #009900 -
avatar
Hilde Hölner

Messages : 24
Date d'inscription : 27/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Catullo Zenone le Jeu 9 Nov 2017 - 2:59

Bien. Au moins ne s'était-il pas trompé. Il lui semblait bien qu'elle avait été formée par un dresseur de bestioles. Il était devenu quoi celui-là d'ailleurs?
Cela commençait un peu à dater, et ça ne datait pas d'hier. Il avait toujours un peu de mal quand il s'agissait de s'y retrouver dans les dates, les lieux, et les personnes. En science, c'était plus simple. On apprenait la règle, on était capable de la ressortir et de l'appliquer, et le tour était joué.

Hilde n'aimait pas les gens. Lui non plus. Mais pas pour les mêmes raisons. Pour lui, ce n'était que de la viande à découper pour ses expériences, ou de vulgaires roturiers.
Dans la mesure où il était marquis, cela l'ennuyait toujours de traîner avec ces gens pleins de miasmes de maladies diverses. En plus, les maladies de pauvre, elles étaient souvent plus sales que les maladies de nobles. La goutte d'un noble ne se transmettait pas. C'était une affliction bien personnelle et toute propre. La vérole d'un paysan avait tendance à se propager partout, et il fallait voir ce que ça donnait. Pas très ragoûtant.

"Ma petite Hilde, ce bourg est connu pour ses élevages de chiens de guerre. Je veux que tu prennes en charge la gestion de nos élevages canins.
Tu vas sélectionner les spécimens, et les dresser. Je veux d'énormes molosses! Et des hargneux! Pas des nullités juste bonnes à ramener le bâton qu'on leur lance. C'est du sérieux là. Ils vont servir à faire de la traite négrière, et on doit en vendre à la milice de Venise et à d'autres armées étrangères. Donc, cela va faire de l'argent si tu es performante."

Il obliqua dans une rue encore plus étroite et cette fois déserte, et il déambulait sur les pavés en soupirant. Il ne prenait pas souvent l'air.
Il préférait le calme et la fraîcheur de son laboratoire, dans les sous-sols de son grand château à flanc de montagne. C'était plus calme, et surtout plus désert que ce bourg. En atteignant le devant d'une maison, le Marquis Catullo s'arrêta devant la porte et sortit une clé de sa poche. Il s'en servit pour en ouvrir la serrure, et pendant qu'il procédait, il continuait à parler.

"Comme je te l'ai dit, je veux des tueurs. Des chiens capables de mettre en pièces un homme. Ou de le pourchasser.
Donc, tu vas gérer nos chenils. Inutile de dire que je veux de bons résultats. Et ça, c'est cadeau."

Après avoir ouvert la porte, le Marquis Zenone jeta la clé à l'allemande, et poussa la porte en s'aidant d'un petit coup de pied contre le bois de la porte.
Il dévoila ainsi un petit intérieur rustique et assez coquet. Une petite maison bourgeoise comme on en trouvait pas mal, mais assez agréable.
Il poursuivit donc.

"Entre, cette maison est la tienne. Les gardes, vous attendez ici. Et vous montez la garde, n'est-ce pas. Si j'apprends que vous êtes allés à la taverne, attention.
Hilde, entre."

Il se dirigea vers l'intérieur, en lui laissant le soin de la refermer derrière elle. Il alla vers une grande salle qui servait de séjour et fit le tour de la grande table avant de s'arrêter.
C'était une jolie petite maison. Le Marquis Catullo réfléchit un moment avant de poursuivre.

"Je veux que tu recrutes du personnel compétent pour les chenils, et que la reproduction aille bon train. Nous avons de la commande.
Tu viendras me rendre compte au château deux fois par semaine. Et je crois que c'est tout. Je ne vois pas ce que j'ai pu oublier."

_________________
avatar
Catullo Zenone

Messages : 226
Date d'inscription : 18/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Hilde Hölner le Lun 13 Nov 2017 - 20:33

Des molosses ? Ça ramasse des bâtons ? Des bâtons qu'on lance ? Pourquoi on lancerait des bâtons ? Et pourquoi ils ramasseraient le bâton ? Depuis quand ? Hin ? C'était pas logique ça ! Un molosse ça ramasse pas les bâtons ! Ça ramasse les corps... Les jambes... Les bras... Oui c'est un jeu amusant ça en vrai, tu prends un bras et hop, tu le lance loin loin. Et le molosse va chercher pour le manger. Voila... Voila... Un molosse ne va pas chercher un bâton. Non non, un molosse va chercher le machin qui va chercher le bâton. Oui voila, le machin prend le bâton puis le molosse prend le machin dans sa gueule et le ramène. Bon c'est rarement en un seul morceau, hahaha. Alors, son marquis n'avait donc rien à craindre ! Elle ferait en sorte d'avoir de gros gros chiens mangeurs d'autres ! De gros gros chiens qui pourraient manger n'importe qui ! Oui, oui. En plus, en plus.. Elle savait comment faire pour avoir le meilleur des meilleurs. Un chien... contre un autre chien.. Et hop, que le meilleur gagne ! Une stratégie implacable ! Du moins, de son avis... Mais bon, elle ferait comme il voulait. Elle dresserait plein de gros chiens pour lui pour qu'il soit heureux. Et comme ça, plein d'argent pour le marquis... Quoique, elle n'avait pas bien compris... Traite né... gri... ère ? Négri machin ? C'est quoi un négrière... Elle était pas sûre là. C'était de la nourriture pour ses molosses ? Sûrement ? Mais pourquoi faire de la traite de nourritures à molosse ? Bizarre... Mais comme c'est son marquis qui le disait... Alors c'était légitime, non ?

Suivant en silence son beau maître, elle observait les environs avec attention. Ils n'y avaient pas grand monde ici. Enfin, c'était bien calme. Pas d'autres, à part ceux loin derrières. Pas de moches.. Pas de mini. Pas de bruits.. Désert... Calme. Soupirant un peu rassérénée par cette révélation, elle donna bien vite l'impression d'être plus calme alors qu'elle écoutait parler le marquis en jetant des regards de temps à autre vers lui. Même si elle comprenait pas du tout où il allait comme cela. Bon c'était bizarre... Mais comme c'était son marquis, c'était donc légitime d'aller là bas. Il avait toujours raison de toute manière. Se laissant donc porter par le calme de l'endroit, elle ferma à demi ses yeux un moment avant d'être surprise quand il s'arrêta devant une maison. Haussant un sourcil suspicieuse, elle l'écouta parler alors qu'il ouvrait la porte, hochant vaguement sa tête sur le coup. Elle ferait tout ce qu'il voulait, c'était sur. Elle ferait ce qu'il faudrait pour avoir des bêtes de guerre violentes et puissantes ! Elle savait très bien faire cela oui !

Gardant un peu la tête basse, elle fut surprise en voyant la clé voler dans les airs et l'attrapa de justesse. Cadeau ? Hin ? Un cadeau pour elle ? Pourquoi ? De quoi ? Comment ? Pourquoi ? Que ? Qui ? Quoi ? La maison ? Hin ? Pour... Oh... Oui... Elle devait rester au bourg pour ça... Humfff... Secouant sa tête en l'entendant, elle entra à l'intérieur à la suite du marquis et resta un moment silencieuse en observant l'intérieur. C'était plutôt jolie, beaucoup plus que ce qu'elle avait l'habitude en vérité... Refermant la porte et la verrouillant, elle s'avança lentement pour rejoindre le marquis.

'' C'est... jo... jolie... à.. l'intérieur... Bien plus que... ce que... j'avais... '' Murmura-t-elle faiblement alors qu'elle ne cachait pas le rouge qui lui montait aux joues alors qu'elle regardait les alentours, gênée à l'idée d'avoir une si grande maison pour elle. C'était bien trop beau pour elle, beaucoup trop. Mais, si le marquis lui donnait, c'est qu'elle le méritait ? '' Mer.. ci. Merci. '' Ajouta-t-elle alors subitement avant de réaliser ce qu'il avait dit. Son cerveau s'échauffant un peu alors qu'elle réfléchissait.

'' Bien sur. Je.. ferai en sorte.. Que tout aille bien et rapidement. Ça.. sera des machins de mort... Promis. Capable de.. tuer sans aucun problème. Bien.. entendu.. Je viendrai vous avertir aussi souvent que nécessaire. Oui oui... '' Ajouta-elle alors en s'inclinant un peu, observant un moment les alentours en silence, jetant un regard vers la tête. Elle secoua vaguement sa tête sur le coup faisant cascader ses longs cheveux d'argent. Il manquait vraiment trop de peaux, de fourrures et d'animaux empaillés... Il allait falloir qu'elle rectifie le coup. Mais avant ça, elle avait bien mieux à penser que la décoration. Rougissant un peu, elle souleva sa lourde hache pour aller la poser dans un coin, dégrafant machinalement la boucle de sa lourde cape en fourrure pour l'accrocher au mur, elle revint vers la table aussitôt.

Tapotant légèrement ses index l'un contre l'autre de manière gênée sur le coup, en fixant le marquis, la jeune femme détourna vaguement son regard en se mordillant un peu la lèvre inférieure.

'' Ma... fessée ? '' Murmura-t-elle alors de manière légèrement timide en rougissant encore plus, avant de réaliser qu'elle ne l'obtiendrait pas si facilement si elle ne faisait que murmurer comme cela. '' Je.. je méritais une.. fessée.. voir plus.. si le marquis croit.. que j'en mérite plus..
non ? ''
Tapotant toujours un peu ses index gênée, alors qu'elle semblait frotter un peu ses cuisses l'une contre l'autre, donnant l'impression qu'elle espérait bien plus que juste une fessée. Car bien entendu, qu'elle souhaitait avoir bien plus ! Elle avait bien besoin que son maître s'occupe d'elle un peu ! Ça faisait bien trop longtemps ! Bien entendu que quelques jours c'était une éternité pour elle.

'' Marquis ? '' Ajouta-elle alors en se mordillant toujours un peu sa lèvre inférieure. '' Vous voudriez... mmmh... '' S'arrêtant subitement de parler alors qu'elle semblait trop gênée, surtout en face de son maître. C'était si gênant malgré toutes ces années !

_________________

- Hilde parle en vénitien en #0099ff et parle en allemand en #009900 -
avatar
Hilde Hölner

Messages : 24
Date d'inscription : 27/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Catullo Zenone le Lun 20 Nov 2017 - 3:33

Bien sûr que c'était joli. Le Marquis Zenone n'allait pas refiler une cabane de planches juste bonne à abriter une famille de pouilleux à quelqu'un à qui il allait donner à gérer tout un pan de son économie. Il avait parfois quelques défauts propres à la noblesse, comme une certaine insensibilité et un désintérêt profond pour les roturiers.
Par contre, l'ingratitude ne faisait pas tellement partie de son large éventail de défauts. Point trop n'en fallait.

En tout cas, Hilde semblait contente de sa maison. Ce qui rendait aussi le Marquis Catullo heureux. Non pas tant que de la voir possiblement heureuse. Non. Ce n'est pas que ça ne l'intéressait pas. Mais il préférait de très loin savoir que le cadeau qu'il faisait été apprécié à sa juste valeur.
Il n'aimait pas se fendre d'un joli cadeau pour ne récolter que de l'ingratitude en retour. Un merci, ça n'écorchait pas la bouche et en plus ça faisait toujours plaisir.

"Heureux que ta maison te plaise. Prends en soin. Pourquoi? Qu'avais-tu avant? Qu'est-ce qui n'allait pas?"

Dans ses souvenirs, elle résidait au château depuis des lustres. Qu'est-ce qu'il avait son château? Il n'était pas bien? Pas assez beau?
Bon d'accord, il était un peu sombre. Perché à flanc de montagne. Aussi, certes. Un peu froid. Normal, vu qu'il était en haute montagne. Mais le Marquis Catullo ne s'en était jamais plaint. C'était un véritable château digne de servir de résidence à un honnête marquis comme lui. Cela le laissa un peu soupçonneux.

Pour les chiens, il ne s'en faisait pas trop. Déjà de base, les chiens dressés dans ce village étaient hargneux et méchants.
On disait que c'était la race qui voulait ça. Il se souvenait bien qu'un jour, alors qu'il était encore adolescent, il était venu ici pour adopter un chien. Et il s'était fait mordre. Du coup, il s'était fait la main sur le sale clébard qui avait osé le mordre en le disséquant après lui avoir collé une balle de pistolet en pleine tête. On ne mordait pas un marquis. Encore un moins un Zenone.

Pour ce qui était de lui rendre compte, le Marquis Catullo souhaitait bien évidemment avoir un droit de regard sur ce qui se passait dans ce bourg.
C'était quand même encore sur ses terres que tout cela allait se passer. En plus, il avait besoin de ces gros toutous pas beaux et méchants pour aller se servir en esclaves à la source : directement en Afrique. Une bonne razzia sur la côte, il n'y avait que ça de vrai. L'ennui, c'est qu'en Méditerranée, il n'y avait que des arabes sur les côtes africaines.

"Oui, et je veux aussi que tu me rapportes l'état d'avancement du dressage des chiens. C'est très important. Notre carnet de commande est tout à fait plein.
Alors pas de blague. Compris?"

Et voilà qu'elle rougissait en lui rappelant la fessée qu'il lui devait. Il la lui avait décrétée pour quoi d'ailleurs au juste? Il ne savait déjà plus trop.
Mais s'il lui avait donné, c'est qu'elle avait du la mériter. Par contre, pas dans cette pièce. Surtout avec les gardes qui étaient en faction derrière la porte. Pire que des morpions ceux-là. Le marquis traversa la pièce et montra un escalier montant vers l'étage.

"Allez, retires tous tes vêtements. Et après tu monteras dans ta chambre. Tu seras fessée. Pour commencer.
Après on verra comment s'amuser un peu. Allez, vite."

_________________
avatar
Catullo Zenone

Messages : 226
Date d'inscription : 18/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: On n'est pas des chiens. (PV Hilde)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum